Actualités

Les banques européennes sont sous-estimées par les investisseurs

Drapeaux de l'Union européenne

Les efforts réalisés par les banques européennes afin de continuer à progresser sont peu reconnus selon M&G. Et pourtant, elles déploient bel et bien des moyens en vue de soutenir leur croissance face à une concurrence grandissante et des marges en baisse. La société de gestion d’actifs a donc choisi de poursuivre ses investissements, non sans précaution.

Les banques belges optimisent le coût d’exploitation de leurs DAB

Une personne a retiré son argent sur le guichet automatique

Un réseau partagé de distributeurs automatiques de billets (DAB). Telle est la mesure prise communément par quatre établissements bancaires belges afin de s’adapter aux nouveaux modes de consommation. Ces enseignes estiment que le rapport des usagers à l’argent liquide n’est plus le même qu’auparavant. C’est ce que révèle un communiqué paru récemment.

Les Français paieront des frais bancaires plus élevés cette année

Jeune Femme fait du retrait sur un distributeur de billet

Dès ce mois-ci, les clients des banques doivent s’attendre à quelques surprises. En effet, de nombreux établissements ont augmenté leurs frais bancaires. Diverses prestations peu facturées reviendront donc plus chères cette année. D’autres produits et services ont également été touchés par cette hausse. Cette dernière n’est cependant pas la même en fonction des enseignes.

Les tensions géopolitiques pourraient plomber les activités des banques américaines en 2020

Bâtiments de banques américaines

La saison des résultats annuels 2019 des banques américaines est bel et bien ouverte, et on peut dire que les grands groupes, à l’instar de JP Morgan, City Group et Well Fargo, affichent de solides performances. Si le premier a réussi à dégager un bénéfice net de 36,43 milliards de dollars (+12,2 % par rapport à 2018), le second a enregistré un profit de 19,4 milliards de dollars. Quant au troisième, son bénéfice net annuel se chiffre à 19,5 milliards de dollars. Au total, les acteurs majeurs du secteur bancaire américain (incluant Goldman Sachs et Bank of America) ont réalisé environ 76 milliards de dollars de profit au cours de l’année 2019. Les observateurs se posent toutefois une question : quid de l’année 2020 ?

Les frais bancaires s’envolent de nouveau en 2020

Portefeuille noir sur une table en bois avec des billets en euros

Une hausse de 0,2 % a été observée après une étude de l’évolution des tarifs bancaires par un comparatif de banques en ligne. Les frais de dépassement de découvert sont ceux qui connaissent la plus forte hausse. S’y ajoutent les frais pour les dépenses diverses (virements, frais de tenue de compte, etc.) qui font augmenter le montant de la facture.

Les assurances doivent renouveler leurs services pour répondre aux attentes des clients

Responsable d’une banque présente une offre

Les mutations des secteurs du digital et des nouvelles technologies nécessitent des adaptations, notamment chez les assureurs. Les clients plus avisés et plus exigeants réclament sans cesse de nouvelles prestations. Les compagnies d’assurances doivent donc réinventer leurs services afin de répondre aux attentes du public et se démarquer de la concurrence.

La Chine a décidé de s’ouvrir un peu plus au monde

bâtiments, immeubles en Chine

Dans le conflit commercial opposant la Chine et les États-Unis, l’heure semble être aujourd’hui à l’apaisement. L’Empire du Milieu se montre désormais plus enclin à accueillir des entreprises étrangères sur son territoire, en l’occurrence les acteurs du secteur financier. C’était déjà le cas avant, à la différence que la filiale ouverte sur place devait être gérée en coentreprise avec un acteur local.

Les banques font face à une hécatombe

Coffre-fort à la banque

Le contexte économique de ces dernières années n’aura pas été favorable aux établissements bancaires. Pire, de nombreuses agences ont dû mettre la clé sous la porte et, rien qu’en Europe, les emplois perdus se chiffrent en centaines de milliers. Selon une étude, l’hécatombe n’est pas terminée et un tiers des banques à travers le monde semblent promises à la faillite.

Le marché bancaire chinois se libéralise, profitant aux établissements étrangers

Drapeau chinois et yen en or

Le communiqué réalisé par la China Securities Regulatory Commission (CSRC) concrétise enfin la volonté de Pékin d’ouvrir le marché financier. Le régulateur chinois donne en effet aux banques étrangères la possibilité d’investir dans le pays sans l’obligation de s’associer à une entité locale. Désormais, elles peuvent également détenir une part majoritaire de leur entreprise.

Paiement mobile : un casse-tête pour les utilisateurs

Une femme qui utilise son téléphone en tenant sa carte bancaire

Le paiement mobile est un concept relativement récent. À terme, cette solution permet une multitude de possibilités, mais pour l’heure, pour cause d’indisponibilité de banques partenaires ou encore d’incompatibilité d’application, les utilisateurs sont amenés à faire des concessions : soit ils se tournent vers une autre marque de téléphone, soit ils changent de banque.

Un choix cornélien

Pour utiliser le service de paiement mobile, l’utilisateur doit d’abord se demander quel téléphone ou quelle banque choisir. En effet, du choix de l’un dépend celui de l’autre.

Bien sûr, il peut arriver que le client possède le bon modèle de téléphone, compatible avec le service de paiement proposé par sa banque. Mais ce cas de figure reste rare.

Par exemple, le propriétaire d’un téléphone Samsung peut recourir au service de paiement développé par la marque, à savoir Samsung Pay.

Important Mais actuellement, le service accessible uniquement aux clients du groupe Banque populaire, de Boursorama banque, des Caisses d'épargne, du Crédit Agricole, du Crédit du Nord et de Fortuneo.

Toutefois, il a l’avantage de pouvoir se rabattre sur d’autres solutions de paiement, comme LyfPay, Google Pay ou encore Paylib.

Pour le premier, le modèle de téléphone n’est pas un critère rédhibitoire, mais la solution n’est disponible que chez un nombre très limité de banques et de commerçants.

Concernant le système de paiement développé par le célèbre moteur de recherche américain, il n’est proposé qu’aux utilisateurs de Smartphone sous Android, sous réserve qu’ils soient clients chez Boursorama Banque, Revolut, N26 ou Fortuneo.

Pour ce qui est de la troisième possibilité, Paylib présente comme avantage de n’exclure que les possesseurs d’iPhone et d’être en partenariat avec toutes les banques.

Moins de casse-tête pour les propriétaires d’iPhone

Ceux qui possèdent un mobile floqué de la marque à la pomme n’auront pas vraiment besoin d’un long moment de réflexion. Mais cela veut aussi dire que les possibilités qui s’offrent à eux sont fortement restreintes.

Le choix le plus naturel sera le service Apple Pay, mais jusqu’à maintenant, la firme n’a réussi à développer de partenariat qu’avec 7 banques : Banques populaires, BNP Paribas, Caisses d'épargne, Crédit Mutuel de Bretagne, Crédit du Nord, Société Générale et Banque postale. À cette liste pourrait prochainement s’ajouter Crédit Agricole et LCL.

LyfPay se présente comme la seule alternative à Apple Pay, avec les avantages et les inconvénients déjà cités.

Convenablement menée, la digitalisation ne serait que bénéfique pour les banques

Une personne qui utilise sa smartphone pour faire payer sur la machine de paiement sans contact via la technologie

Pour les établissements bancaires des pays développés, la digitalisation des services est devenue un passage obligé. Pour les pays en émergence, elle est toujours sujette à interrogation. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Selon un rapport établi par un célèbre cabinet de conseil, la transition numérique garantira aux banques une rentabilité accrue de 15 % à 30 %.

Le gouvernement en appelle encore à la bonne volonté des banques

rencontre avec les banquiers

Le mouvement des Gilets jaunes semble encore loin de connaître son épilogue. Cependant, il a déjà occasionné bien des dégâts remarquables en France, aussi bien sur le plan matériel qu’au niveau économique. Les impacts sont nettement plus ressentis du côté des commerçants. Pour leur venir en aide, le gouvernement sollicite encore une fois les banques. Cette fois, il est question d’exonération.

BNP Paribas réduit son effectif

Principale banque Bnp Paris dans la branche Provence

L’heure est définitivement à l’austérité pour les établissements bancaires. Même les grands groupes n’y échappent pas. De nombreuses filiales de BNP Paribas vont procéder à une réduction de leur personnel. Manque de rentabilité engendrée par le contexte économique et social du moment oblige. Le nombre d’employés invités à quitter le groupe se chiffre en milliers.

Un contexte qui rend l’austérité inéluctable

Quels enjeux pour le secteur bancaire en 2020 ?

Sculpture du signe de l’Euro

Dans un contexte d’incertitudes, les banques se préparent à affronter plusieurs enjeux de taille en 2020 : faiblesse des taux des crédits, une concurrence qui fait rage, un durcissement des règles prudentielles, des stress-tests climatiques et une cybercriminalité de plus en plus virulente. En pleine mutation, le secteur bancaire s’attend à une année compliquée.

La majorité des banques britanniques ont encore des difficultés à adopter l’IA

Jeune fille devant un guichet automatique

Une étude conjointe menée par Nuxeo et Censuswide sur les défis et opportunités rencontrés par les services financiers britanniques en 2020 a révélé que la majorité des acteurs intervenant dans ce secteur ont encore des difficultés à adopter l’intelligence artificielle. En effet, juste près d’un tiers d’entre eux se servent de l’IA pour optimiser la relation client (34 %) et automatiser les tâches chronophages (33 %). Seulement 29 % y recourent pour activer la recherche de l’information. En revanche, 41 % des établissements interrogés affirment s’appuyer sur l’intelligence artificielle pour analyser les données et les transactions.

Pour l’heure, l’IA n’a pas apporté d’innovation très significative pour les acteurs bancaires

intelligence artificielle face à un professionnel

Ces dernières années, les processus bancaires ont beaucoup évolué grâce à l’intelligence artificielle. Ces changements ont permis aux banques d’avoir une plus grande connaissance des besoins de leurs clients et d’être plus proches. Néanmoins, aucune innovation n’a permis jusqu’ici de réellement réformer le métier de la banque. Pourtant, grâce à l’IA, les banques peuvent redessiner le lien entre elles et les consommateurs.

A quoi s’attendre en 2020 dans la gestion des frais bancaires ?

Tirelire et symbole de taux

Face à la crise des Gilets jaunes, le président de la République avait obtenu des banques l’engagement de geler les frais bancaires jusqu’à la fin de l’année. Cette date butoir arrive bientôt et les établissements sont déjà à pied d’œuvre pour revoir leurs tarifs à la hausse. Bonne nouvelle pour les clients, quelques baisses sont également au programme.

Open banking : des services mieux adaptés aux attentes des clients

illustration d’open banking

Décrié par plusieurs banques qui y voient un risque majeur de fuites de données, l’open banking se met petit à petit en place. Malgré leurs réticences, cette technologie contribuera pourtant au décloisonnement du secteur. Les grands gagnants seront alors les consommateurs qui pourront bénéficier d’un service plus adapté à leurs attentes, et aussi profiter d’une expérience améliorée.

Le « système bancaire ouvert » accroît les opportunités du marché d’après les banquiers français

Représentation de l'Open Banking

Obligatoire pour les banques depuis septembre 2019, le « système bancaire ouvert », plus connu sous le terme « open banking » accroît les opportunités du marché, d’après une enquête menée auprès des professionnels bancaires français. Près de 60 % des cadres questionnés se montrent enthousiastes à ce concept. Ils pensent que l’open banking permettrait à tous les acteurs du secteur financier d’enrichir leurs offres de services et d’optimiser l’expérience utilisateur. En effet, l’application de ce système entraîne une transformation considérable du modèle économique pour les banques traditionnelles.

Les autorités réglementaires veulent instaurer une concurrence équitable entre les Big Tech et les banques

bâtiments bancaires

Les autorités réglementaires ne cachent pas leur inquiétude face à la progression des Bigtech dans les services financiers. Certes, pour les clients, la multiplication du nombre des acteurs sur le marché facilite l’accès aux paiements, au crédit et à l’épargne, mais ce phénomène pourrait à terme entraîner une concurrence inéquitable.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top