Un fonds d’investissement américain a reçu par erreur plusieurs millions d’euros et se fait poursuivre en justice

bâtiments américains

Aux États-Unis s’est récemment manifesté un évènement que l’on pourrait qualifier de phénomène particulier devant marquer l’histoire du secteur bancaire pendant des années. Entendons par là, le cas de Citibank qui, par erreur, a viré des millions d’euros à plusieurs créditeurs et qui, pour se faire rembourser, a mené une action en justice contre l’un d’eux.

En effectuant une comparaison des banques professionnelles, l’on serait étonné de voir que dernièrement, Citibank demeure en tête des classements non pas pour sa performance, mais pour avoir fait une maladresse monumentale jamais enregistrée auprès de la filière bancaire depuis des décennies.

Ce, en procédant au virement d’un montant de près d’un milliard d’euros à des clients qui ne sont pas les siens. Une situation incitant d’ailleurs cette enseigne financière américaine à demander à ces derniers de lui reverser la somme, sauf qu’elle éprouve beaucoup de peine à se faire rembourser pour l’inciter à porter une plainte contre l’un d’eux qui refuse de mettre la main à son portefeuille.

Près d’un milliard d’euros versés par mégarde

Dans la vie courante, l’on dit souvent que l’erreur est humaine, sauf que cette règle ne s’applique pas aux banques pour la simple raison que cela pourrait leur coûter très cher. Ce fut pourtant le cas pour Citibank qui en a récemment fait l’expérience si l’on croit l’un de ses communiqués faisant savoir que :

Après « une erreur d'écriture », Citibank a transféré 900 millions d'euros à plusieurs créditeurs du fabricant de cosmétiques Revlon.

Une petite bourde que l’on pourrait considérer de rien du tout, sauf qu’elle lui a coûté près d’un milliard d’euros donnant la preuve que ce genre d’étourderie n’est pas permis dans ce domaine en notant toutefois que c’était risqué d’avance puisqu’une note de l’enseigne a également précisé que :

L'argent devait à la base servir à régler les intérêts dus par Revlon à des créditeurs.

Ce qui lui a d’ailleurs permis de récupérer une bonne partie de l’argent en soulignant cependant que :

Vendredi 14 août, Citibank n'a pas encore reçu la majorité des fonds, bien que les remboursements aient continué à affluer.

Une plainte a été déposée

Bien que Citibank soit à la source de cette erreur lui coûtant 900 millions d’euros, cette situation ne l’a pas empêché de déposer une plainte auprès d’un tribunal new-yorkais à la date du 17 août dernier en pointant du doigt l’un des créditeurs qui, selon elle :

A refusé de rendre sa part et a converti environ 175 millions de dollars pour son propre usage.

Entendons par là Brigade Capital Management, ce fonds d’investissement qui, pour sa défense a avancé le fait qu’il s’agissait d’un remboursement anticipé de la part Revlon pour son compte l’incitant à penser que :

La somme reçue servait à rembourser l'intégralité de son prêt au fabricant de cosmétiques.

Un point de vue que Citibank qualifierait de déplacé face au contexte actuel lié au coronavirus en mentionnant dans le document adressé à la cour que :

Brigade Capital Management est bien conscient que pratiquement aucune entreprise, et encore moins une société en difficultés d'articles destinés aux consommateurs comme Revlon, effectuerait un remboursement anticipé aussi important tout en devant faire face aux conséquences financières majeures causées par la pandémie.

Ce, en précisant que Revlon dispose encore de 3 ans pour régler sa dette auprès de ce fonds d’investissement cherchant ainsi à mettre en exergue sa mauvaise foi.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top