La commission de régulation bancaire chinoise pense que le monde est exposé à une nouvelle crise financière

paysage à Hong Kong en Chine

La commission de régulation des banques chinoises pense que le monde est désormais exposé à une nouvelle crise financière. Ce, en prenant en compte de différents facteurs en pointant du doigt les conséquences de l’épidémie du coronavirus mettant à mal le deuxième plus grand secteur bancaire mondial et l’emprise du dollar américain sur le marché financier international.

Quelle banque choisir, poser ce genre de question est désormais plus que nécessaire pour les habitants de la Chine souhaitant ouvrir un compte bancaire. La raison, l’état de santé des enseignes financières du pays est tout sauf encourageant depuis un certain temps qu’y procéder sans un minimum de réflexion serait de la pure imprudence.

Pour le dire, il suffit de prendre en compte le cas de Boaschang Bank faisant récemment l’objet de la première liquidation de l’histoire de la nation depuis 2001 ou encore la perte colossale enregistrée auprès des établissements dominants du système.

Des situations plus qu’inquiétantes incitant le régulateur chinois à tirer la sonnette d’alarme en pointant du doigt la montée en force d’une menace exposant le monde à une nouvelle crise financière portée essentiellement par la chute de la valeur du dollar américain et les conséquences du coronavirus.

La crise sanitaire n’a pas épargné le secteur bancaire chinois

Berceau de la pandémie du Covid-19, la Chine est la première à en subir les conséquences y compris son secteur bancaire qui continue d’en payer le prix fort si ce n’est que d’énumérer la décision de la Banque centrale chinoise autorisant en début août le dépôt de bilan de Boaschang Bank. Une grande première dans le pays depuis 2001, malgré les tentatives de sauvetage donnant la preuve que la situation est plus que critique, alors que l’ensemble des professionnels du domaine y est exposé depuis le début de la crise sanitaire ravageant tout sur son passage.

Le régulateur bancaire chinois en donne d’ailleurs la preuve en mettant en exergue la chute des profits enregistrée auprès des plus grands acteurs du système au deuxième trimestre de 2020 en affichant un effondrement de 28% pour une valeur estimée à 224,5 milliards de yuans (27,3 milliards d'euros). Une sous performance inquiétante influencée par l'explosion des créances douteuse si l’on croit Guo Shuqing, un responsable auprès de cette Commission de régulation soulignant que par rapport en 2019, le niveau a fait un bond considérable en passant de 2 300 milliards de yuans à 3 400 milliards. Et ce n’est que le début d’une longue marche si l’on croit ce superviseur expliquant que :

Après le cygne noir de la pandémie, la qualité de ses actifs se détériorera inévitablement, car les classifications actuelles des prêts ne reflètent pas leur véritable qualité et les bénéfices des banques sur papier sont gonflés.

Guo Shuqing.

Et d’ajouter :

Comme de nombreux prêts sont reconduits [en 2020], certains problèmes n'apparaîtront que l'année prochaine. Un rebond des créances douteuses est inévitable puisque le choc du coronavirus a affecté de nombreuses entreprises.

Guo Shuqing.

Tout cela pour dire qu’un avenir morose attend le secteur en notant toutefois que la Banque centrale du pays a déjà adopté une mesure pour amortir le coup en y injectant 700 milliards de yuans (85 milliards d'euros) dans le but d’aider les enseignes les plus fragiles à éviter le pire.

L’influence du dollar américain ne fait qu’empirer les choses

Il est certes évident que les banques chinoises se trouvent actuellement dans une mauvaise posture, mais il faut dire qu’il ne s’agit là que de la partie visible de l’iceberg si l’on croit le régulateur bancaire du pays pointant du doigt l’influence du dollar américain qui ne fait qu’empirer les choses. C’est du moins, l’avis de Guo Shuqing précisant que :

Dans un système monétaire international dominé par le dollar américain, la politique d'assouplissement quantitatif sans précédent et illimité des États-Unis érode en fait la solvabilité du dollar et les fondements de la stabilité financière mondiale.

Guo Shuqing.

Dans cette optique, ce président de la Commission a même ajouté que :

Le monde peut à nouveau être poussé au bord d'une crise financière mondiale.

Guo Shuqing.

Et ce n’est pas faute de le croire puisque cet expert financier a fait remarquer qu’une fois associée à l’affaiblissement du secteur bancaire chinois à la seconde marche du plus grand marché financier du monde, cette situation ne fait qu’accélérer cette ruée vers la décadence.

Mais pour en revenir aux impacts du dollar, M. Guo a aussi tenu à faire savoir que cette emprise américaine ne concerne pas uniquement la Chine. Elle touche également les acteurs bancaires au niveau international principalement depuis que Washington a décidé de sanctionner ceux agissant pour le compte des représentants chinois impliqués dans la loi de sûreté du territoire au risque de perdre l’accès au billet vert.

En ce sens, il faut d’ailleurs souligner que les banques chinoises ont les mains liées et sont contraintes de s’y plier pour éviter de passer à côté d’une manne financière estimée à 1 100 milliards de dollars à fin 2019 si l’on se réfère aux données de Bloomberg.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top