La BCE entend rattraper le retard de l’Europe dans l’utilisation des moyens de paiements numériques

Le drapeau de l'Union européenne suspendu sur un bâtiment.

Un euro numérique devrait bientôt voir le jour. Il s’agit là de l’un des plus grands défis que la Banque centrale européenne a décidé de relever si l’on croit Christine Lagarde, sa présidente qui a récemment annoncé qu’il est temps pour l’Europe de rattraper son retard dans l’utilisation des moyens de paiements numériques.

L’Europe se prépare à entrer dans un tournant majeur de son histoire. Du moins, en ce qui concerne son système financier qui doit bientôt intégrer la MDBC (monnaie numérique de banque centrale) dans son mécanisme. Un choix qui devrait permettre à la BCE de donner naissance à une version numérique à sa monnaie fiduciaire que ses pays membres pourront utiliser comme moyen de paiement.

C’est l’une des nouvelles annoncées par Christine Lagarde profitant de la récente conférence de la Banque Fédérale d’Allemagne pour faire part de la volonté de la Banque centrale européenne de rattraper son retard dans ce domaine face à d’autres nations.

L’Europe se prépare à la naissance d’un euro numérique

Profitant de la conférence de la Banque fédérale d’Allemagne, la présidente de la BCE a annoncé que l’Europe se prépare à la naissance d’un euro numérique en faisant valoir que :

Les nouvelles technologies peuvent être utilisées pour rendre le règlement des transactions financières plus efficace.

Une façon de dire que la BCE pourrait bientôt émettre une version numérique de sa monnaie fiduciaire qui devrait servir de moyen de paiement au côté de la monnaie physique en notant que l’institution est actuellement en pleine phase exploratoire pour le lancement de ce nouveau service.

En attendant, l’on pourrait d’ores et déjà s’attendre à voir émerger deux types de MDBC :

  • La MDBC de gros ;
  • La MDBC de détail.

Ainsi, il serait utile de souligner que cette première catégorie est exclusivement destinée aux acteurs financiers. Quant à la deuxième, Christine Lagarde a fait savoir qu’elle est dédiée à une utilisation élargie en précisant que :

Cela ouvre également la possibilité d'une MDBC de détail, qui serait très innovante en ce qu'elle serait accessible à un large public.

Christine Lagarde

Des défis à relever

Pour la BCE, le choix de se lancer dans la monnaie numérique est tout, sauf hasardeux. Simplement parce qu’en jouant au comparateur de banque, l’institution a découvert que :

L'Europe a pris du retard dans les paiements numériques.

Et ce n’est pas faute de le croire puisque dans ce domaine, le continent est à la traîne par rapport à la Russie, la Suède, le Japon ou la Chine qui est d’ailleurs classée en tête de liste des plus avancées en rappelant qu’en mars derniers, les États-Unis ont aussi étudié la question sans réussir à trouver une issue favorable.

Le plus grand défi de la Banque centrale européenne est ainsi de prendre le départ dans la course et de parvenir à se mettre à jour dans les plus brefs délais en faisant de la technologie de la blockchain son levier principal en sachant que :

La concurrence internationale dans les paiements en ligne s'intensifie, et la création d'un euro numérique est nécessaire.

Ce qui semble facile, mais d’après certains économistes, l’institution devrait également veiller à ce que cette décision ne soit pas une menace pour les mécanismes de paiements numériques privés existants en ajoutant que :

Si suffisamment de dépôts bancaires sont convertis en euro numérique, cela changera la manière dont le secteur bancaire traditionnel fournit de l'argent à l'économie, ainsi que la manière dont la BCE devra mettre en œuvre la politique monétaire.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top