Le marché bancaire chinois se libéralise, profitant aux établissements étrangers

Drapeau chinois et yen en or

Le communiqué réalisé par la China Securities Regulatory Commission (CSRC) concrétise enfin la volonté de Pékin d’ouvrir le marché financier. Le régulateur chinois donne en effet aux banques étrangères la possibilité d’investir dans le pays sans l’obligation de s’associer à une entité locale. Désormais, elles peuvent également détenir une part majoritaire de leur entreprise.

Depuis 2019, Pékin s’est montré favorable à la libéralisation de son marché financier et à l’ouverture du pays aux investisseurs étrangers. Il a ainsi promis de lever certaines restrictions qui pesaient sur ces derniers, dont les limites à la détention de capitaux.

Longtemps perçue comme un simple projet, la fin de ces contraintes a enfin été confirmée grâce à un communiqué de la CSRC, le régulateur bancaire chinois.

Désormais, les banques étrangères peuvent donc ouvrir librement une filiale dans le pays. Pour les clients, la question est dorénavant de savoir quelle banque choisir parmi les nombreuses institutions qui pourront s’y installer.

Une mesure tant attendue

Cette nouvelle politique est certainement une aubaine pour les établissements bancaires qui œuvrent à l’international. Depuis plusieurs années, ces derniers cherchaient en effet un moyen de développer leur investissement en Chine.

Rappelons que pour pouvoir investir dans l’empire du Milieu, les banques étrangères sont contraintes de mettre en place une coentreprise gérée avec un partenaire local. Par ailleurs, leurs parts dans les capitaux de la structure ne doivent pas dépasser 49 %.

En mai 2018, la banque suisse UBS a déjà fait savoir sa volonté d’augmenter les parts de ses investissements en Chine à travers sa filiale UBS Securities. Elle a voulu les faire passer à 51 % alors qu’elles étaient à 24,66 %. Pour ce faire, elle envisageait de reprendre les parts de Beijing Guoxiang Property Management, qui est l’un de ses partenaires.

En 2019, elle a enfin eu l’opportunité de le faire. En effet, en décembre dernier, UBS a finalement acquis 51 % des parts d’une entreprise de courtage en Chine. L’enseigne devient ainsi la première banque étrangère à détenir une part majoritaire dans une entreprise chinoise.

Mais UBS est loin d’être la seule à s’intéresser au marché chinois. La banque d'origine néerlandaise ING s’est également tenue à la réglementation en vigueur pour y lancer sa filiale. Elle envisageait ainsi de s’associer avec la Bank of Beijing, selon l’annonce faite en mars 2019.

La fin des limites de détention de capitaux

La veille de ce communiqué, JP Morgan a fait connaître sa volonté d’acquérir jusqu’à 100 % des actions de sa coentreprise en Chine. Mais pour l’heure, l’acteur américain détient une part équivalente à 49 % dans son entreprise codirigée avec un partenaire local.

Concrètement, depuis le 1er janvier dernier, les entreprises étrangères qui proposent des contrats à terme peuvent ainsi s’affranchir des limites quant à la détention de capitaux. Cette mesure sera étendue aux sociétés de gestion de fonds dès le 1er avril. Les courtiers en bénéficieront à partir du 1er décembre 2020.

Ce programme de libéralisation de marché a déjà été validé en septembre dernier. À la suite de son annonce, nombreux sont les investisseurs ayant révélé des projets sur le marché chinois.

Parmi ceux-ci figure notamment l’acteur européen Amundi. Celui-ci affirme avoir obtenu l’accord du régulateur chinois pour lancer une coentreprise avec la Bank of China Wealth Management, qui est une filiale de la Bank of China.

Néanmoins, la collaboration avec un partenaire local n’est plus une obligation pour les banques étrangères, selon le communiqué du régulateur bancaire chinois.

Ces initiatives interviennent dans un contexte où Pékin est toujours engagé dans une guerre commerciale avec les États-Unis. Selon les autorités américaines, un accord pourrait toutefois être signé à la mi-janvier.

Quoi qu’il en soit, ces mesures témoignent de la volonté de Pékin de favoriser l’entrée des capitaux étrangers dans le pays.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

  • Janvier
Liens sponsorisés
back top