Tous les établissements bancaires font face vaillamment aux bouleversements liés au Coronavirus

BMCI Maroc groupe BNP Paribas

Ces dernières années ont été marquées par l’avènement du numérique et l’essor des canaux digitaux au sein de nombreux secteurs, dont celui de la Banque. Effectivement, les acteurs du domaine y ont largement investi et disposent aujourd’hui de plusieurs offres y afférentes, dont la maturité sera mise à l’épreuve avec la crise sanitaire actuelle. Le fait est que pour limiter la propagation du Coronavirus, le recours aux services à distance est préconisé.

Les banques font, sans aucun doute, partie des maillons clés pour le maintien de l’économie nationale, en passe de subir un choc imparable du fait de la pandémie du Covid-19. Soutiens des secteurs sinistrés durant cette crise, notamment des entreprises, dont les activités sont actuellement au point mort, elles se doivent de garder leurs portes ouvertes malgré le confinement instauré par l’État.

Les enseignes marocaines n’y font pas exception. BMCI (Banque marocaine pour le commerce et l'industrie), Attijariwafa bank, BCP (Banque Centrale Populaire)… Toutes sont restées opérationnelles même si les effectifs ont été réduits en agence : certains envoyés en congés, d’autres opérant en télétravail.

D’ailleurs, il convient de préciser que les services en ligne sont fortement sollicités étant donné que c’est le meilleur moyen de restreindre les contacts physiques entre les clients et les collaborateurs, vecteur d’accélération de la contagion.

Les banques, piliers de l’économie

Le climat dans lequel évolue actuellement le monde entier pourrait mener vers un choc économique des plus spectaculaire. En effet, la crise sanitaire occasionnée par la pandémie du Coronavirus affecte directement la trésorerie de nombreuses entreprises, de différents secteurs, obligées de suspendre leur activité dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie.

Étant indispensables à chaque nation, en tant que soutien de l’économie et support des sinistrés de la crise, les banques se retrouvent propulsées au premier front de guerre, déployant alors tous les moyens possibles pour assurer la pérennité de leurs services. Comme le confirme un opérateur :

Pour l’heure, toutes les agences sont opérationnelles. Nous ajusterons en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Ainsi, la fin du mois de mars pourrait voir plusieurs mesures se mettre en place, entre autres les conditions de report des échéances de crédit, dont on peut d’ailleurs prendre connaissance à travers une comparaison des banques. À savoir que les centres d’affaires enregistrent actuellement une nette recrudescence de sollicitations provenant des entreprises.

Au directeur général adjoint de BMCI, et aussi membre de son Directoire, Idriss Bensmail, de rassurer :

Nous traitons les dossiers au cas par cas pour trouver les solutions les plus appropriées pour aider chaque entreprise à passer le cap.

Idriss Bensmail.

Les enseignes marocaines se montrent très concernées

Essentiels au maintien de l’économie nationale, les établissements financiers ont aussi pour responsabilité majeure de protéger et les personnes qui y travaillent et leurs clients qui se déplacent auprès des agences ou des centres d’affaires.

Ainsi, si tous les points restent en fonction, quelques mesures se doivent d’être respectées, et ce, jusqu’à nouvel ordre. En premier lieu vient la limitation du nombre des clients autorisés à accéder à l’intérieur des agences qui varie selon la taille de cette dernière. Puis, chaque visiteur doit se tenir à 1,5m au minimum de son voisin.

Dans tous les cas, il est recommandé de privilégier les plateformes dématérialisées pour toutes opérations, à l’exception de quelques-unes qui requièrent une visite à l’agence. Des moyens sécurisés du fait d’énormes investissements financiers durant des années successives, ces services à distance disposent d’un large panel de possibilités, à savoir :

  • L’initiation d’une ouverture de compte ;
  • La consultation des comptes ;
  • Les paiements de factures ;
  • Le transfert d’argent ;
  • La demande de prêt à la consommation ou immobilier.

Idriss Bensmail ne manque d’ailleurs pas de montrer son optimisme sur la coopération qui s’installe entre les banquiers et leur clientèle. D’après lui :

Les clients comme les collaborateurs ont assimilé la gravité de la situation et sont coopératifs. Ils ont conscience que nous sommes dans une situation inédite et qu’on va rebondir.

Idriss Bensmail.

Il faut aussi préciser que toutes les enseignes bancaires ont vite fait de s’adapter à la situation, notamment en réduisant les effectifs en contact direct avec les clients. Et si la BCP envoie un courrier à ces derniers pour leur inviter à user au maximum de la banque à distance, Attijariwafa bank limite les contacts entre collaborateurs en privilégiant la vidéoconférence lors des réunions. BMCI, quant à lui, a agi bien en amont :

Les collaborateurs de retour de l’étranger ont été priés de respecter une période de 14 jours à leur domicile, en télétravail dès que possible, afin de s’assurer qu’aucun symptôme n’apparaît au cours de cette période d’incubation.

Idriss Bensmail.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top