BNP Paribas enregistre un bénéfice de 1,6 milliard d’euros en cette période de crise

logo bnp paribas

Malgré la pandémie sanitaire et l’incertitude économique, la banque d’investissement BNP Paribas a réussi à en tirer profit et a réalisé une excellente performance en termes de revenus. Face aux besoins croissants des entreprises en cette période, le groupe français a su réagir et a pris des risques inconsidérés, mais qui se sont révélés payants.

BNP Paribas, et plus précisément sa division Securities Services, a réussi l’exploit d’engranger un énorme bénéfice durant le deuxième trimestre alors que c’était le pic de la pandémie sanitaire. En effet, leurs bénéfices s’élèvent à plus de 1,6 milliard d’euros, ce qui constitue la moitié du chiffre d’affaires total du groupe.

La banque de financement et d’investissement (CIB) a réalisé une performance remarquable, alors que les deux autres divisions, « International Financial Services » et « Domestic markets », accusent respectivement un déficit de 33,4% et 21,8%. BNP Paribas se porte ainsi très bien en ces temps de crise, comme on peut le voir auprès d’un comparateur de banque ou autres experts en comparaison d’offres et services.

Un pari gagnant

Les principaux acteurs économiques se sont montrés prudents durant le cantonnement, au contraire de CIB, qui a su en profiter. Durant cette période, on a assisté à une explosion des besoins, les entreprises cherchaient le moyen d’assurer leurs arrières et ont ainsi demandé l’aide des banques.

Les métiers de change, de taux et de matière première s’en sont retrouvés en forte augmentation, une hausse estimée à 153,8% avec 2,013 milliards d’euros de revenus. Accorder ses prêts était un véritable risque, mais il semblerait que CIB ait réussi son pari.

Parmi les initiatives audacieuses de la division, on peut notamment citer le crédit de 10 milliards d’euros accordés au géant pétrolier BP. Un financement conséquent que le groupe a ensuite délégué à d’autres banques, ce qui a permis de rouvrir le marché des crédits syndiqués.

Cependant, les analystes d’UBS n’ont pas pu cacher leurs inquiétudes quant à ces résultats, ils craignent notamment une dépendance naissante du groupe vis-à-vis de CIB. Mais malgré leur appréhension, ils ont tenu à les féliciter pour cette prouesse :

Cela reflète tout de même des gains de parts de marché et cela crédibilise les prévisions annuelles de BNP Paribas.

BNP Paribas au sommet

BNP Paribas a tout de même tenu à souligner que ces résultats étaient le fruit d’une très longue politique menée en interne, ayant permis de mettre en place un affermissement ciblé par zone géographique et une numérisation pour améliorer sa relation clientèle.

D’après le dernier classement établi par Dealogic, BNP Paribas est la banque de financement numéro un en Europe pour ses crédits syndiqués. Elle est également la première émettrice d’obligations d’enseignes bien évaluées, loin devant les plus grandes banques britanniques et certaines succursales américaines. Mais selon les analyses de Refinitiy, le groupe français n’affiche pas une bonne performance dans les introductions en bourse et les fusions acquisitions.

Toutefois, cet exploit de BNP Paribas n’aurait pas pu être réalisé si les banques américaines ne s’étaient pas retirées du marché, alors que le groupe français a continué d’accorder sa confiance aux entreprises. Un point d’autant plus important, car cela permettrait peut-être d’ouvrir la voie à une collaboration sur le long terme, un professionnel du secteur a déclaré à ce sujet :

Les banques américaines reviendront et on verra alors bien comment se comporteront les clients.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top