Les banques continuent de réduire leurs effectifs

personnel bancaire

Le nombre de collaborateurs qui travaillent dans les banques françaises ou étrangères implantées dans le pays a diminué l’an dernier. Cette baisse des effectifs n’est pas une exception puisqu’elle a été constante au cours des cinq dernières années. Ce constat émane de la Fédération bancaire française (FBF) qui a récemment publié un communiqué sur le sujet.

Un repli de -1 %

En 2019, une légère décrue de -1 % de l’emploi dans le secteur bancaire en France a été constatée par les analystes. Parallèlement à cette situation, une infime baisse du recrutement en général, de l’ordre de -1 % (44 000 dont 60 % en CDI), a également été observée.

Selon les chiffres rapportés par cette institution, le secteur employait 360 000 salariés à fin 2019. Un chiffre qui correspond à environ 1,8 % de l’emploi salarié privé dans l’Hexagone.

Au cours d’une conférence de presse téléphonique, Maya Atig, directrice générale de la FBF et de l’Association française des banques (AFB), s’est exprimée sur le caractère constant de la tendance baissière des effectifs.

Elle affirme que

Cette érosion est limitée et contrôlée.

Maya Atig.

Ce recul de l’emploi s’explique aussi par les départs en retraite et les gains de productivité constatés dans les banques.

2020 n’échappe pas à ce phénomène puisque la plupart des grands groupes bancaires ont déjà annoncé près de 100 000 suppressions de postes en début d’année en raison d’une année 2019 particulièrement difficile.

Privilégier le relationnel et miser sur le personnel féminin

Les banques ont misé sur le relationnel ces dernières années, selon Maya Atig.

Maya Atig.

Un élément également privilégié par les personnes qui effectuent un comparatif de banque.

Ainsi, environ un recrutement sur deux confirmé en 2019 se rapportait à des chargés de clientèle, un poste surtout occupé par des femmes. La part de ces dernières dans le secteur bancaire français reste constante : plus de la moitié depuis 2012. Elle est en hausse à l’échelon cadre avec 48,6 % de femmes l’an dernier, soit 4 points de plus qu’il y a 7 ans.

Au regard de l’érosion de l’emploi de 0,5 % à 2 % au cours des années antérieures, elle estime que.

La compression des effectifs est appelée à se poursuivre dans les années à venir.

Maya Atig.

Et concernant le passage au numérique, elle déclare que

L’intelligence artificielle n’est pas un frein au recrutement, mais constitue un levier pour gagner en volume notamment dans le traitement de demandes de prêt.

Maya Atig

 

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top