L’affacturage attire davantage d’entreprises en France

Des factures avec une calculatrice

Dans l’Hexagone, l’affacturage figure désormais parmi les solutions de financement les plus plébiscitées par les entreprises. En effet, pas moins de 40 000 sociétés ont adopté cette méthode en 2018, pour payer plus de 70 millions de factures. La France devient alors le pays qui y a le plus recours en Europe.

Proposé par un organisme appelé factor, l’affacturage consiste, pour une entreprise, à vendre ses créances à celui-ci. Grâce à ce service, elle peut directement percevoir un montant équivalent à celui prévu dans sa facture, sans avoir à attendre le paiement de ses clients.

Une vingtaine d’établissements proposent désormais cette solution en France, pour pallier aux problèmes de trésorerie qui sont fréquents chez les structures de petite taille. Elle a néanmoins un coût. Pour chaque facture léguée au factor, l’entreprise doit en effet payer un montant préalablement fixé, c’est-à-dire une commission.

Si ces frais peuvent constituer un frein à l’utilisation de l’affacturage, il s’avère que de plus en plus de sociétés adoptent cette technique de financement.

Les petites entreprises encore sceptiques

À travers leur solution de financement, les sociétés d’affacturage cherchent à séduire les petites entreprises. Ces dernières sont souvent confrontées à un paiement tardif de la part des donneurs d’ordre et souhaitent éviter les préjudices qui y sont liés. Pour pouvoir attirer cette clientèle, les affactureurs ont réadapté leurs offres.

Une bonne partie de ces acteurs proposent donc aujourd’hui des procédures numérisées, des packagings et des forfaits adaptés aux petites et moyennes entreprises. D'ailleurs, avec la multiplication de ces sociétés, il est possible de choisir entre des plateformes digitales ou des acteurs indépendants.

Pour autant, l’affacturage convainc peu les petites entreprises. Pour celles-ci, la solution demeure coûteuse et difficile à maîtriser. Actuellement, les petites et moyennes entreprises représentent 33,1 % des utilisateurs, selon la Banque de France, soit le tiers des souscripteurs. Les très petites entreprises constituent, pour leur part, 11,9 % des inscrits.

Plus de 73 millions de factures payées par affacturage

Philippe Mutin, directeur général délégué de la société Factofrance, souligne à cet égard que le découvert bancaire reste la première source de financement déployée par les petites entreprises françaises. Les chiffres relevés par l’Association française des sociétés financières prouvent néanmoins que l’affacturage est de plus en plus utilisé dans l’Hexagone.

En effet, en 2018, l’ASF recense plus de 73 millions de factures payées avec l’affacturage. En tout, plus de 40 000 sociétés en ont bénéficié. Ces chiffres mettent la France en tête du classement des pays qui utilisent ce mode de financement en Europe, devant le Royaume-Uni. Au niveau mondial, la France est en revanche derrière la Chine qui occupe la première place du classement.

Mais le développement de l’affacturage cache une autre réalité, à savoir la hausse des créances. L’ASF relève d’ailleurs un niveau record en 2018, avec 320,4 milliards d’euros de créances. Cela correspond à une hausse de 10,2 %.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top