Les consommateurs ont adopté les paiements sans contact à l’échelle mondiale

Une personne qui effectue un paiement sans contact avec son smartphone

Les spécialistes du paiement améliorent en permanence l'expérience utilisateur afin de gagner en simplicité et en rapidité. Ainsi, les consommateurs ont désormais le choix entre les paiements par smartphone ou par QR Code, les cartes sans contact, etc. Toutefois, les attentes des usagers vis-à-vis de ces nouveaux services ont tendance à varier d’un pays à l’autre.

Désormais, le paiement est devenu un acte simple dans le parcours d’achat. Entre le QR Code et les services par smartphone, l’instantanéité constitue un des premiers arguments en faveur des solutions dématérialisées.

En effet, les règlements par carte de paiement classique ou par cash sont moins fluides, plus longs, et parfois plus complexes, ce qui altère l’expérience client.

Les acteurs du paiement misent aussi sur la sécurité et la praticité des paiements dématérialisés. D’autre part, le rythme de l’évolution technologique soutient constamment les innovations dans le domaine. Ces dernières devraient d’ailleurs se multiplier eu égard à la démocratisation progressive des objets connectés.

Une pénétration assez lente en France

Selon une étude récente MasterCard-Ifop, 89% des Français connaissent l’existence du paiement sans contact via smartphone. D’ailleurs, il s’agit d’un acte du quotidien pour 70 % des sondés :

  • 12 % d’entre eux l’utilisent quasiment tous les jours ;
  • 41 % y ont recours une à trois fois sur une semaine ;
  • 17 % une à trois fois dans le mois.

Ce système est surtout apprécié des cadres (20 %), des familles nombreuses (18 %) et des 18-24 ans (18 %).

Le responsable innovation et paiements digitaux de MasterCard France, Olivier Gabrielli, observe par ailleurs un intérêt grandissant pour les systèmes innovants qui permettent de simplifier le quotidien à travers les smartphones, les montres ou les bracelets connectés.

Toutefois, la défiance de certains consommateurs à l’égard de ces nouvelles solutions représente encore un frein non négligeable à leur utilisation. Pourtant, ils sont le plus souvent peu familiers avec ces systèmes. Seulement 50 % des personnes interrogées connaissent le paiement via une montre connectée.

Elles sont 31 % à savoir que les bracelets ou les bagues permettent de réaliser un paiement. 24 % sont conscientes que cela peut se faire par l’intermédiaire d’un réfrigérateur. Enfin, 22 % des sondés ont entendu parler du paiement via une voiture.

En Chine et en Asie, les consommateurs plébiscitent le QR Code et l’utilisent presque tous les jours. Ce système repose sur un principe similaire au code-barres. Toutefois, son décodage est nettement plus rapide. Par ailleurs, cette technologie permet de stocker 300 fois plus d’informations. De plus, ces codes sont dynamiques. Ils peuvent ainsi être modifiés, même après l’impression.

Pour avoir accès à ce système, l’utilisateur doit lier son mobile dédié au paiement par QR Code à son compte bancaire et à sa carte de crédit. Cette solution ne nécessite pas de bornes de paiement. En 2018, Alipay et WeChat revendiquent 93 % des paiements par QR Code réalisés sur le marché chinois.

Une préférence variant entre les pays

La technologie NFC est un moyen de paiement très répandu en Europe et en Océanie. Elle fonctionne grâce à une puce électronique assurant le transfert d’informations entre des terminaux distants de moins de dix mètres. Ce système renforce ainsi la sécurité du transfert de données bancaires. De plus, il peut être associé à d’autres outils de paiement, comme les cartes bancaires, les smartphones, les montres connectées, etc.

D’ailleurs, d’après MasterCard, le paiement par carte bancaire « Tap-and-Go » représente actuellement plus de 50 % des transactions de ce type dans une quinzaine de pays européens, incluant la France, le Royaume-Uni et la Pologne.

Les arguments des opérateurs de ces nouvelles formes de paiement ont également séduit le grand public au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Les États-Unis accusent en revanche un retard significatif dans le domaine. En 2016 par exemple, le pays recensait seulement 25 millions de cartes sans contact, contre 165 millions en Europe (soit 6,5 fois moins d’utilisateurs).

Ce décalage peut notamment être expliqué par l’entrée tardive des cartes classiques sur ce marché. Les versions dépourvues de la solution sans contact n’étaient proposées qu’en 2015. D’autre part, les premiers tests du paiement sans contact n’ont été réalisés que courant 2019.

Néanmoins, Bank of America a récemment lancé un programme destiné à remplacer les cartes à puces actuelles par des sans contact. Elle en a d’ailleurs distribué plus de 4 millions jusqu’à présent. Autrement dit, le pays entame le processus de transformation des habitudes des consommateurs.

En revanche, les paiements par mobile restent encore marginaux outre-Atlantique. Les portefeuilles virtuels tels qu’Apple Pay, Samsung Pay ou Google Pay n’arrivent pas à trouver leur public aux États-Unis. Ces résultats semblent contredire la progression de 40 % prévue par Juniper Research pour 2019. Le Japon, de son côté, utilise les paiements mobiles depuis une quinzaine d’années.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top