Une vague de réduction d’effectifs touche les banques européennes

Logo de la banque Barclays

Les temps sont durs pour les banques européennes. Outre la crise financière de 2008 qui a laissé des séquelles significatives, la conjoncture économique pèse également sur leur rentabilité. Des mesures d’austérité ont alors été appliquées, à commencer par une réduction importante des effectifs. Environ 44 000 salariés des banques devraient prochainement perdre leur emploi.

Les banques se trouvent dans une situation délicate

Même si les résultats d’exploitation des établissements européens ne sont pas encore négatifs, le niveau de rentabilité commence à inquiéter les acteurs du secteur bancaire et les observateurs. Les institutions financières subissent de plein fouet le ralentissement de la croissance en Europe.

Pour se refaire une santé, elles ne peuvent pas vraiment compter sur leurs produits. Et surtout pas sur les prêts immobiliers qui sont très dépendants de la politique de la BCE et qui enregistrent des baisses de taux continuelles.

La meilleure solution reste la réduction des charges. Le moyen le plus rapide pour y parvenir est de revoir les effectifs à la baisse.

De plus, avec la révolution numérique et l’automatisation des services, de nombreux postes sont devenus superflus.

Pendant que les clients se demandent quelle banque choisir, les banques, elles, doivent s’acquitter de la lourde tâche de sélectionner les employés les moins indispensables.

La France, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, la Grande-Bretagne : même combat

Unicredit, en Italie, s’est déjà séparé de 14 000 de ses salariés au cours de ces trois dernières années. 10 000 autres employés de la banque risqueraient également de perdre leur travail. Mais cette information n’a pas fait l’objet de confirmation ou de démenti de la part des dirigeants de l’enseigne.

Au Royaume-Uni, 4 000 employés devraient bientôt quitter la banque HSBC pendant que Barclays a déjà licencié 3 000 collaborateurs. Mais si Barclays a récemment retrouvé le chemin du profit, elle a annoncé des mesures d’austérité encore plus drastiques dans les mois à venir.

La banque espagnole Santander doit également se serrer la ceinture et a fait part de son intention de se séparer de 10 % de ses employés. Environ 3 200 personnes vont ainsi grossir les chiffres du chômage au pays de Cervantes.

En France, la réduction d’effectifs concerne surtout BNP Paribas qui devrait prochainement fermer plusieurs agences et procéder à une vague de licenciements.

Des licenciements « socialement responsables »

Important Le plus difficile pour les banques sera d’annoncer ces mauvaises nouvelles à leurs employés tout en veillant à ce qu’aucun mouvement de grève ou de contestation de la part des syndicats ne survienne.

À ce sujet, sans dévoiler la manière dont elle s’y est prise, la banque italienne Unicredit annonce fièrement qu’elle a su mener des licenciements socialement responsables sans heurts alors qu’elle a déjà congédié plus de 14 000 salariés.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top