Le plan de réorganisation de la Deutsche Bank laisse certains experts sceptiques

enseigne de la Deutsche Bank

En difficulté financière ces dernières années, la Deutsche Bank a récemment fait part de son programme de restructuration. La réduction de 20 % de ses effectifs et l’isolation des actifs que l’établissement estime trop risqués et à faible valeur ajoutée viennent en tête de liste des mesures à prendre. Dans la pratique, 18 000 personnes perdront leur emploi à la banque allemande et une « bad bank » destinée en grande partie aux produits financiers spéculatifs sera mise en place.

Des efforts concentrés sur les secteurs les plus porteurs

D’après son PDG,

la Deutsche Bank va essayer de restaurer sa rentabilité en concentrant ses efforts sur les secteurs les plus porteurs, à savoir la banque de dépôt et le financement d’entreprise.

Elle va de ce fait abandonner la vente d’actifs financiers (actions, obligations, OPCVM, trackers).

Néanmoins, certaines activités de la BFI, comme les fusions-acquisitions des sociétés et les introductions en bourse seront maintenues.

Le plan apportera ainsi un changement profond dans le modèle d’activité de la banque, laquelle pense pouvoir relancer sa croissance et regagner sa place de leader dans le domaine bancaire.

Ses offres continueront d’être distribuées par les courtiers en Europe et peuvent être confrontées avec celles des autres établissements avec notre outil de comparatif de banques.

Et afin de rassurer l’opinion publique, l’établissement affirme

posséder 63 milliards de fonds propres.

Par ailleurs,

le montant des liquidités à sa disposition s’élève à 260 milliards d’euros

, toujours selon les dires de ses dirigeants.

Les économistes sont sceptiques quant à l’efficacité d’une Bad Bank

Pour certains experts,

le plan de restructuration prévu s’avère non pertinent et peu efficace.

Ces spécialistes doutent que la mise en place d’une entité juridique pour s’occuper de ses actifs toxiques puisse permettre à la première banque d’outre-Rhin de redresser ses finances et d’éviter la faillite.

En effet, ils pensent que

se débarrasser des produits dérivés et des mauvaises créances accumulés depuis la crise financière de 2008 ne sera pas aussi facile.

Tout comme les économistes, les investisseurs restent également dubitatifs quant à la pertinence de cette solution : la valeur de l’action de la banque a flanché de -3,5 % le lendemain même de la présentation du plan.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top