La nouvelle génération de millionnaires bouleverse les habitudes des banques privées

un millionnaire

Aujourd’hui, sur les 680 000 millionnaires français recensés, 30 000 n’ont pas encore fêté le 40e anniversaire. Pour les banques privées, ces jeunes fortunés représentent une cible de choix. Mais pour les séduire et les satisfaire, elles devront changer radicalement de stratégie, car cette génération a des besoins fondamentalement différents de ceux de ses aînés.

De jeunes millionnaires plus prudents et en quête de sens pour leurs placements

En France, la moyenne d’âge des millionnaires diminue progressivement. À l’heure actuelle, 4,4 % d’entre eux, soit 30 000 personnes, sont nés après 1980. Et d’ici la moitié du siècle, leur proportion devrait atteindre 90 %.

C’est ce que révèle l’étude intitulée « les nouveaux entrepreneurs et l’argent » réalisée par le cabinet Asterès à la demande de la banque spécialisée en gestion de patrimoine Neuflize OBC.

Mais les exigences de ces millenials n’ont plus rien à voir avec les attentes de leurs parents et grands-parents, et imposent aux banques de bouleverser leurs habitudes.

  • D’une part, la plupart d’entre eux sont issus du monde de l’entrepreneuriat ou de la finance. Ils sont donc parfaitement au fait des conséquences des remous sur les marchés financiers des 20 dernières années. Ceci explique leur prudence, et leur appétence pour les liquidités. Pour les quelque 40 % d’épargnants « conservateurs » qui envisagent de placer 3 millions de dollars ou plus, la part des liquidités sur l’ensemble du patrimoine financier dépasse 45 % alors que les deux générations précédentes s’étaient limitées à 30 % et 16 % respectivement.
  • Les jeunes millionnaires sont aussi marqués par la quête de sens dans l’utilisation de leur capital. Ainsi, ils se montrent moins enclins à la philanthropie sous forme de donations que leurs parents, mais soutiennent activement les entreprises socialement responsables.

L’expertise et la confiance, clés du choix d’une banque pour les investissements

Enfin, moins de 6 de ces investisseurs sur 10 font appel à un conseiller professionnel. Les autres préfèrent s’impliquer pleinement dans la gestion de leur argent.

À ce titre, comme le souligne Laurent Garret, président du directoire de la Banque Neuflize OBC, « ils attendent que leur banque leur fournisse son expertise, tout en se montrant réactive et innovante ».

Or, près de 60 % de ces nouveaux entrepreneurs se méfient des établissements bancaires, considérés comme « bureaucratiques » et guidés par le profit. D’ailleurs, les millenials ne se préoccupent guère de « l’image sociale » que confère le fait de figurer sur la liste des clients des banques privées.

Lorsqu’ils se demandent quelle banque choisir, ils accordent le plus d’importance à la valeur ajoutée du conseil, les propositions de produits devant s’appuyer sur des faits. Par ailleurs, la confiance est déterminante dans la relation avec le banquier, ce qui implique la plus grande transparence dans les échanges, les pratiques et la rémunération des conseillers.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top