Les craintes des banques européennes à l’approche de l’échéance des accords de Bâle III

1 pièce d'un euro et drapeau UE

La crise de 2008-2009 n’en finit pas d’entraîner des bouleversements dans les univers bancaire et financier. Alors qu’une nouvelle série de réformes dites « Bâle III » est en préparation, la Fédération bancaire européenne attire l’attention des autorités sur l’impact négatif d’un durcissement de la réglementation sur la croissance.

Bâle III, un nouveau cadre prudentiel pour renforcer la résilience des banques

Douze ans après le début de l’entrée en vigueur des accords de Bâle II dans les États membres de l’UE.

Important Le troisième volet se prépare à être transposé dans le droit européen afin de consolider la capacité de résilience du secteur bancaire.

Les négociateurs internationaux doivent se réunir d’ici mi-2020 pour finaliser les modalités de mise en œuvre du futur cadre prudentiel.

« Bâle III » impose une meilleure qualité des fonds propres réglementaires des banques et le renforcement de leur solvabilité. Concrètement, les exigences minimales en capital des établissements du Vieux Continent doivent croître de 24 %, soit un montant supplémentaire compris entre 300 et 400 milliards d’euros d’après Copenhagen Economics au lieu des 135 milliards d’euros initialement annoncés par l’Autorité bancaire européenne.

À quelques mois de l’échéance, les acteurs du secteur bancaire reprennent les conclusions d’une étude réalisée par Copenhagen Economics pour mettre les décideurs en garde contre les répercussions d’un durcissement des règles sur une économie de la zone euro hétérogène et en stagnation.

Les conséquences négatives de « Bâle III » pour les banques européennes

Un communiqué de la Fédération bancaire européenne soulève en premier lieu le danger en matière de compétitivité en cas d’échec à instaurer les conditions d’une concurrence équitable entre les pays. Les comparatifs des banques montrent déjà des écarts de notables entre les établissements financiers européens et américains notamment sur le front des profits.

Wim Mijs, CEO de la fédération, anticipe des difficultés pour de l’UE à financer son économie.

Il évoque une remontée des taux des crédits bancaires accordés aux ménages de 10 points de base. D’après le cabinet danois,

« les détenteurs d’un crédit immobilier seront particulièrement affectés, puisqu’ils devront s’acquitter d’une majoration annuelle de 190 euros sur leurs frais d’intérêts ».

Les entreprises ayant un prêt en cours seront également pénalisées. Pour un capital initial de 2,5 millions d’euros, Copenhagen Economics estime à 4 750 euros la dépense additionnelle qu’elles devront prévoir chaque année.

Enfin, l’application des normes de Bâle 3 en l’état risque, d’après les auteurs de l’étude, d’amoindrir les investissements sur la prochaine décennie de 700 milliards d’euros.

Faisant perdre durablement 0,4 point de pourcentage à la croissance européenne.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top