La carte Curve combine toutes les cartes de paiement pour offrir davantage de praticité

Une carte bancaire

Fin 2017, le groupe mutualiste Arkéa a commercialisé des cartes servant à en agréger d’autres. La néobanque Curve a également décidé de s’y mettre en proposant aux usagers de connecter leurs coordonnées bancaires à sa nouvelle carte. Cette banque mobile estime que les opérations réalisées avec ses nouveaux moyens de paiement totalisent plus de 500 millions de livres.

Créée en 2015, la jeune pousse Curve préfère confier aux banques classiques la responsabilité de conserver l’argent des clients. Mais elle se différencie des nouveaux arrivants du secteur bancaire.

Bien que le lancement de la Fintech britannique en France n’ait pas encore été officialisé, les usagers n’auront à patienter que quelques mois, comme le rapporte un journal français. Elle déclare connaître une croissance impressionnante avec 500 000 clients et espère conquérir un million d’usagers d’ici la fin de l’année. Elle projette également d’investir dans le Cloud. Quels sont les services proposés par cette start-up ?

Des services et des clients différents de ceux des autres néobanques

Shachar Bialick, le directeur général de Curve, révèle que la néobanque a choisi de se différencier de ses concurrents. Elle a mis en place une plateforme digitale « Over-The-Top », comme ce que font les sites de streaming, et se contente de se servir des infrastructures bancaires qui existent déjà. Telle est la voie qu’elle a décidé de suivre pour apporter une expérience client à part.

Comme la banque des mobinautes ne se limite pas aux offres mobiles, elle fournit aussi des solutions de paiement basées sur le modèle de « méta-carte ».

Pour séduire davantage, Curve ne propose pas seulement des réductions en espèces lors de transactions réalisées sur certains sites. Elle dispense également ses clients de commissions bancaires à l’étranger.

Ben Marrel, un acteur qui a investi dans la start-up depuis son lancement, énonce également les particularités de la clientèle. Il s’agit d’usagers multibancarisés, percevant des revenus élevés et ayant entre 30 et 45 ans.

La carte agrégatrice est gérable depuis l’application dédiée de Curve

Curve doit-elle son succès à la manière dont elle se rémunère ? Tout comparateur de banque sera en mesure de fournir des réponses. Toujours est-il que la jeune pousse puise ses revenus des commissions interbancaires. Elle en verse une partie aux fournisseurs de cartes comme Visa. Les abonnements aux cartes Metal (14,99 livres par mois) et Black (9,99 euros mensuels) font aussi gonfler ses recettes.

En effet, après avoir réalisé un tour de table de 55 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs (à savoir Cathay Innovation, Gauss Ventures, Santander et le fonds français Breega), Curve sort sa carte de paiement agrégatrice. Ce moyen de paiement (en métal ou en plastique) regroupe toutes les cartes dans un seul produit bancaire.

Les différents comptes rattachés aux cartes peuvent être exploités depuis l’application dédiée de Curve. Le client pourra s’y connecter pour décider antérieurement ou postérieurement à un achat – deux semaines après la transaction au plus tard – du compte qui fera l’objet du mouvement de fonds.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top