Le lancement du Stablecoin de Facebook serait une bouffée d’oxygène pour l’univers monétaire mondial

Connection facebook sur une tablette.

La croissance économique mondiale serait ralentie par le système monétaire actuellement en place. C’est du moins ce qu’a fait valoir le fondateur du Facebook Inc, Mark Zuckerberg, dans son argumentation pour la mise en œuvre de son projet Stablecoin. Une nouvelle monnaie privée qui devrait apporter une bouffée d’oxygène à l’univers monétaire, rendant dans la foulée service au milliard de personnes qui ne possèdent pas de compte bancaire.

Être exclu du système financier n’est jamais sans conséquence. Les impacts se faisant même nettement ressentir comme c’est le cas de nombreuses personnes dans le monde, sans compte bancaire.

Un projet novateur devrait pouvoir restructurer cet univers, notamment en ce qui concerne les paiements et les devises. Cela permettrait de réduire leur temps d’attente ainsi que le coût actuellement trop élevé qui leur est facturé.

Une problématique à laquelle peut, d’ailleurs, remédier l’instauration de la Balance. Et c’est ce qu’aurait mis en avant tout récemment le patron de Facebook, devant le comité des services financiers de la Chambre des États-Unis. Sa politique principale étant de créer un réseau d’argent privé Libra. Une initiative qui n’est pas forcément vue de bon œil par les pouvoirs publics.

Un projet qui devrait renforcer l’inclusion financière

Alors que nous sommes assis ici, il y a plus d’un milliard de personnes dans le monde qui n’ont aucun compte bancaire, mais qui pourraient le faire grâce aux téléphones portables si le bon système existait.

C’est avec cet argument que Mark Zuckerberg a défendu son projet devant le comité des services financiers de la Chambre des États-Unis. Un plan qui vise à regrouper et diriger plusieurs sociétés spécialisées dans la technologie, telles que Spotify Technology SA, Uber Technologies Inc. Et Vodaphone Group PLC dans le cadre du lancement d’une nouvelle monnaie, baptisée Stablecoin ou Libra.

L’idée étant d’inclure les nombreux défavorisés, dont le milliard d’individus sans compte bancaire, dans le système financier et ainsi réduire leur facture nettement élevée en cas de transactions financières.

Il faut reconnaître, en effet, que les consommateurs doivent, dans la plupart du temps, supporter d’importantes charges du fait des lacunes du système mondial. Entre autres, les frais bancaires ainsi que les coûts de change, d’interchange, de télécommunications, sans oublier les autres frais juridiques.

C’est du moins ce qu’a révélé le rapport publié tout récemment, intitulé «Investigating the Impact of Global Stablecoins». À savoir, les transferts de fonds connaissent une hausse fulgurante (de 10% sur un an) en s’élevant à hauteur de 689 milliards de dollars en 2019, à l’échelle mondiale. Amenant le coût total d’envoi à 50 milliards de dollars par an. Une véracité mise en avant par Zuckerberg :

Les gens paient un coût beaucoup trop élevé – et doivent attendre beaucoup trop longtemps – pour envoyer de l’argent chez eux à leurs familles à l’étranger. Le système actuel leur fait défaut […] L’idée derrière Balance (= Libra) est que l’envoi d’argent devrait être aussi simple et sûr que l’envoi d’un SMS. La Balance sera un système de paiement mondial, entièrement soutenu par une réserve de liquidités et d’autres actifs très liquides.

Et pourtant, la Balance vise à apporter de nettes révolutions, notamment :

  • La mise à disposition de tout un large éventail de paiements ;
  • Le rôle de passerelle vers d’autres services financiers ;
  • Le rôle des comptes de transaction, qui lui permet d’optimiser l’inclusion financière des usagers ;
  • La suppression du monopole des institutions financières pour un renforcement notable de la concurrence.

Une révolution monétaire en cours

Si le plan du fondateur du géant de la technologie de 70 milliards de dollars s’annonce novateur, celui-ci n’a pas fait forcément l’unanimité. De fait, Mark Zuckerberg a dû essuyer les désapprobations des politiciens de grand standing habituels lors de sa présentation en octobre dernier.

Il convient cependant d’admettre que les idées du concepteur pourraient ébranler les fondations du système monétaire mondial. Celles-là mêmes qui sont actuellement sous l’égide du gouvernement, des ministres des Finances, des banquiers centraux, des dirigeants de banques d’entreprise et des principaux universitaires.

Les réactions de ces susmentionnés ont sont une preuve irréfutable. En effet, à peine quelques jours après le communiqué concernant la Balance en juin :

  • Des discours ont été prononcés ;
  • Des discussions de groupe ont été organisées ;
  • Des rapports ont disparu ;
  • Des articles d’opinion sceptiques sont apparus ;
  • Des législateurs ont émis des avertissements.
  • Des universitaires ont prononcé des condamnations.

Cela n’empêche pas pour autant Facebook d’enclencher une révolution monétaire. Un contexte, déjà en cours dans certains pays de l’Est (Chine, Inde), mais aussi en Afrique, au Kenya.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top