Différents indicateurs portent à croire que la tendance haussière des frais bancaires pourrait s’estomper

Jeune femme en train de faire retirer son argent sur le guichet automatique.

Différents indicateurs portent à croire que la tendance haussière des frais bancaires qui s’est affichée depuis des années n’est désormais plus d’actualité. C’est du moins, ce que s’accordent à dire certains analystes prenant en compte des éléments pointant dans ce sens avec lesquels est venu s’ajouter le nouveau dispositif récemment adopté par le gouvernement.

Découvert, utilisation d’un moyen de paiement, irrégularité de fonctionnement de compte ou encore réalisation d’une opération… nombreuses sont les raisons permettant aux banques traditionnelles de soutirer des frais bancaires à leur clientèle. Des coûts qui ne font que se renforcer d’année en année si l’on croit une étude de Panorabanques démontrant que la moyenne annuelle de 193 euros enregistrée en 2013 s’est élevée à 215,5 euros en 2020.

Tout cela pour dire que la tendance est à la hausse dans ce domaine, mais plus pour très longtemps selon certains observateurs mettant en exergue les éléments leur permettant de tabler sur cette issue en pointant du doigt la montée en force des banques en ligne ou encore les mesures gouvernementales destinées à en limiter l’évolution.

Le système est dépendant des frais bancaires…

En tenant compte de ces données chiffrées de Panorabanques, il serait facile de croire que la tendance est à la hausse en ce qui concerne les frais bancaires. En y regardant de près, l’on pourrait même remarquer que ces 5 dernières années, la tenue de compte a désormais un coût qui a vite fait de grimper en passant de 0 euros en 2015 à 20 euros par an en 2020 pour permettre aux acteurs financiers de réunir une coquette somme annuelle de 6,5 milliards d’euros.

Tout cela pour dire que les frais bancaires se présentent comme une manne financière non négligeable pour les acteurs concernés. C’est du moins l’avis de certains analystes faisant valoir qu’ils leur permettent de :

  • Récupérer une part des efforts commerciaux effectués par les banques sur les taux de crédit immobilier ou autres offres ;
  • Financer le fonctionnement des agences bancaires dans les départements ;
  • Compenser la baisse importante des retraits d'argent dans les distributeurs ;
  • Financer le réseau d'agences bancaires.

Soit autant de facteurs mettant le pouvoir publics, mais également les Français dans une situation quelque peu embarrassante si l’on croit les observateurs rajoutant que :

Ils ne veulent pas d'une facturation des frais trop importante mais ils ne veulent pas non plus qu'on ferme les agences dans les territoires car c'est le signe de la désertification.

En effet, tout indique que la suppression ou la diminution trop importante des frais bancaires n’est pas sans risque pour le système en engendrant des fermetures en chaine d’agences et par conséquent, des suppressions de postes en précisant que le réseau français compte actuellement 360 000 employés.

… Mais devrait se résoudre à en voir le coût se réduire

Il va sans dire que le système est dépendant des frais bancaires. Toutefois, les analystes pensent que les professionnels du domaine devraient se résoudre à en voir le coût se réduire pour différentes raisons.

Dans ce sens, ces derniers ont d’ailleurs tenu à rappeler qu’en 2019, une mesure gouvernementale a été adoptée afin d’en limiter la progression notamment suite au mouvement des Gilets Jaunes. Et comme si cela ne suffisait pas, un nouveau dispositif empruntant la même voie a été mise en place à la date du jeudi 4 juin dernier en faveur des clients les plus fragiles qui verront désormais leurs frais bancaires limités à 25 euros pendant un trimestre. Des indicateurs démontrant la volonté de l’exécutif à en freiner la tendance haussière.

En outre, ces observateurs ont également énumérer la montée en force des banques en ligne qui ne facturent pas plus de 20 euros à leur clientèle en moyenne contre 215,5 euros pour les enseignes classiques. Une grande différence qui n’est pas passé inaperçue auprès des Français qui sont de plus en plus nombreux à s’y intéresser. Ce qui revient d’ailleurs à croire que les banques classiques ont désormais tout intérêt à modérer leur prix en précisant que la concurrence est d’autant plus rude avec les néobanques qui font profiter à leurs clients de la gratuité de leurs services pour inciter les analystes à conclure que :

On va inévitablement vers une baisse de ces frais d'agence car la nouvelle génération qui choisit les banques en ligne le fait pour ne pas payer de frais.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top