Les nouvelles normes européennes sur le paiement pourraient affecter l'e-commerce

icone ecommerce

Les nouvelles règles européennes sur la sécurisation des paiements en ligne entreront en vigueur à partir du 14 septembre 2019. Elles ont notamment été pensées pour limiter les fraudes dans le domaine. Les banques et les acteurs du secteur interpellent toutefois les autorités sur les perturbations pouvant être induites par le déploiement de cette nouvelle norme.

Les plateformes d'e-commerce sont généralement débordées en fin d’année, notamment avec Thanksgiving, le Black Friday et les achats de Noël. Cette période s’annonce encore plus compliquée pour 2019.

En effet, les nouvelles normes de sécurité pour le paiement en ligne seront appliquées en Europe à compter de mi-septembre. Elles concerneront notamment les banques, les fournisseurs de services de paiement et les e-commerçants.

Au regard de cette échéance, les protagonistes de ces différents secteurs s’inquiètent. La fédération des banques européennes a ainsi adressé une lettre à la Commission et à l'Autorité bancaire européenne (ABE) pour les alerter sur les perturbations que pourrait provoquer ce calendrier. Les deux institutions, de leur côté, excluent d’emblée tout report.

Une réforme inévitable

Afin d’endiguer les fraudes sur Internet, les nouvelles normes de sécurité en matière de paiements en ligne exigent la confirmation de l’identité de l’utilisateur à travers deux outils d'identification forte avant de valider le paiement.

À l’approche de l’échéance, les e-commerçants dénoncent un manque de préparation en la matière. Ils craignent ainsi que de nombreuses transactions se retrouvent refusées dès l’entrée en vigueur de la nouvelle norme. D’autre part, les acteurs du secteur s’inquiètent de l'impact de l’abandon du système permettant au client de valider ses achats en ligne à l’aide d'un code reçu par SMS.

En effet, l’Autorité bancaire européenne considérait que ce dispositif n'était pas assez sécurisé. De ce fait, elle a décidé que ce système de validation devra être abandonné de manière progressive. Il faudra donc privilégier d'autres types d’outils pour améliorer la sécurité de la transaction. Face aux inquiétudes des acteurs du secteur, l’ABE envisage de se pencher sur la question et de prendre des mesures adaptées, si nécessaire.

Au regard de ces nombreux problèmes, les opérateurs économiques touchant de près ou de loin au paiement demandent le report de l’application des nouvelles règles européenne.

En France, en revanche, les professionnels dans le domaine tendent à tenir des propos plus nuancés et plaident en faveur de sa mise en œuvre effective. C’est ainsi qu’une source rapportée par un quotidien financier souligne :

Un report n'est pas souhaitable dans la mesure où il récompenserait les mauvais élèves.

Toutefois, il faudrait privilégier un déploiement progressif de ces nouvelles normes. En d’autres termes, les régulateurs devraient effectuer des contrôles proportionnés au fur et à mesure. La Fédération bancaire française partage également cette approche. Elle souhaiterait ainsi que ces normes soient appliquées de manière plus pragmatique et mesurée.

Des perturbations pénalisant l'e-commerce

Au-delà de la question de la sécurisation du moyen de paiement, les acteurs du secteur s’inquiètent surtout du calendrier établi par l’ABE. Ils reconnaissent en effet la nécessité d’améliorer le niveau de sécurité en la matière. Toutefois, les activités sur les plateformes d'e-commerce risquent d’être gravement perturbées par la mise en œuvre de ces nouvelles normes.

Dans sa lettre adressée à la Commission européenne au président de l'ABE, la fédération bancaire européenne souligne la gravité de la situation :

Il y a un risque sérieux de perturbation d'e-commerce à partir du 14 septembre, nous craignons des effets néfastes de l'application de ces règles : 30 % des achats par carte sur des sites d'e-commerce risquent d'être refusés.

Pourtant, il s’agit d’une période particulièrement déterminante pour leurs résultats annuels. La fédération estime par ailleurs que ces perturbations risquent d’être dommageables pour tous les acteurs du paiement :

Cela pourrait engendrer des pertes de revenus massives pour les marchands et de nombreuses plaintes de clients des banques.

Les banques européennes ne sont pas les seules à s’inquiéter par rapport à la mise en œuvre de cette nouvelle norme. La Fédération du e-commerce en France (la Fevad) ainsi que Mercatel (think tank consacré aux commerçants) attirent également l’attention des responsables sur la maturité de ce nouveau dispositif de sécurité.

Selon le responsable des moyens de paiement à la Fevad, Bertrand Pineau :

Plusieurs acteurs se disent prêts, mais en réalité les systèmes n'ont pas été testés grandeur nature.

Bertrand Pineau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top