La concurrence s’intensifie sur le secteur bancaire, au détriment des enseignes traditionnelles

Une calculatrice et un relevé de compte

Avec la multiplication des acteurs sur le secteur bancaire français, la concurrence s’intensifie. Une récente étude du cabinet Bain & Company indique que le pourcentage de Français ayant changé de banque entre 2017 et 2018 est passé de 4,5 % à 4,8 %. Le progrès est notable avec 2,5 % de taux d’attrition seulement cinq ans plus tôt.

Le taux de recommandation détermine l’acquisition ou la perte de clients

Selon Ada Di Marzo, directrice France de Bain & Company,

« Les acteurs en ligne gagnent en popularité grâce à une offre de plus en plus étendue et des prix attractifs ».

Ada Di Marzo.

Ils auraient ainsi conquis 249 000 clients qui s’en servent comme banque principale. Les établissements qui développent une position solide sur un territoire, par exemple les enseignes mutualistes, connaissent également un certain succès.

Important Quatre facteurs guident les Français lorsqu’ils se demandent quelle banque choisir pour transférer leur argent :

  • la qualité de service,
  • le standard de conseil offert,
  • les tarifs,
  • le taux de recommandation des utilisateurs.

Sur ce dernier critère, en 2018, les meilleures notes ont été attribuées à ING, Boursorama et au Crédit Mutuel.

C’est le point qui pénalise les banques traditionnelles, et qui explique leurs difficultés à élargir leur base de clientèle.

Important Les 144 000 clients acquis l’an dernier ne se répartissent qu’entre quatre des huit plus grands groupes présents sur le marché :

  1. Crédit Agricole
  2. BNP Paribas
  3. BPCE
  4. Société Générale

Les quatre autres totalisent une perte de 388 000 clients.

  1. CIC
  2. La Banque Postale
  3. Crédit Mutuel
  4. LCL

Les jeunes sont plus enclins à se tourner vers d’autres acteurs, même non bancaires

La situation est alarmante pour les banques historiques, d’autant que les clients les plus volatils sont ceux qui présentent le plus fort potentiel. En effet, dans la tranche des 25-34 ans et les usagers qui justifient de 80 000 euros de revenus au minimum, le taux d’attrition grimpe à près de 7 %.

En outre, environ 7 Millenials sur 10 sont intéressés par les solutions proposées par les jeunes pousses non issues du monde de la banque ou de l’assurance, quand ce pourcentage est inférieur à 40 % si l’on considère toutes les classes d’âge.

Les outils de paiement comme PayPal et Apple Pay sont particulièrement prisés pour des opérations ponctuelles, mais pour des produits d’épargne par exemple, les taux d’usage restent moindres, probablement pour une question de confiance.

Il reste que la révolution est en marche et pour les experts de Bain & Company, l’éclatement de

« L’écosystème financier va se poursuivre ».

Pour se démarquer et rester dans la course, les banques généralistes pourraient se concentrer sur certaines spécialités et offrir une expérience utilisateur unique.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top