La bancassurance permettra de propulser la filiale bancaire de la Poste vers le haut

boite aux lettres de La Poste

La Banque Postale projette de s’allier avec le leader français en assurance de personnes, la CNP Assurances, d’ici la fin de l’année prochaine. Cette intégration de la bancassurance assurera le positionnement de la filiale bancaire de la Poste sur le marché hexagonal, alors qu’elle se trouve actuellement en dernier rang par rapport à ses congénères.

2019 promet d’être une année de propulsion pour La Banque Postale grâce à son union avec CNP Assurances, le premier assureur de personne en France. Il faut dire que la filiale bancaire de La Poste se laissait a priori devancer par les établissements concurrents malgré ses revenus qui tournent autour de six milliards d’euros. De son côté, la compagnie d’assurances a toujours joué la carte de la discrétion à cause de ses produits qui sont commercialisés sous la marque des distributeurs.

En faisant de CNP son « usine à assurances », La Banque Postale a plusieurs objectifs en tête. Comme concurrencer les enseignes mutualistes et promouvoir le financement des territoires. Toujours est-il que son partenaire trouvera aussi son compte à cette union.

Un géant en bancassurance issue de l’union CNP-Banque Postale

La Banque Postale mise sur sa fusion avec CNP Assurances, prévue d’ici le 31 décembre 2019, afin de rehausser son niveau sur le marché bancaire français fortement concurrentiel.

En effet, il faut dire que ses revenus de l’année dernière à hauteur de 5,7 milliards d’euros, pour un résultat net de 800 millions d’euros, est deux fois moins importants que ceux de Crédit Mutuel. Preuve qu’elle est quelque peu à la traine par rapport à ses concurrents. Un classement démenti par Thomas Rocafull, associé chez Sia Partners, qui affirme que :

« Si l'on considère uniquement les revenus dégagés par les banques sur le territoire français, la Banque Postale arrive en troisième position ».

Thomas Rocafull.

Une alliance avec un organisme d’assurance sera non seulement bénéfique à cette filiale de la Poste, mais il s’agit également d’un virage devenu incontournable pour les établissements bancaires.

Les activités d’épargne et de protection de personnes permettent effectivement de booster leurs revenus d’intérêt en berne étant donné qu’elles génèrent des frais et des commissions réguliers. C’est ce que soutient Thomas Rocafull dans ces termes :

« Les banques voient leur activité en assurance croître bien plus vite que les assureurs historiques, ce qui démontre l'efficacité de la relation bancaire pour vendre des produits d'assurance ».

Thomas Rocafull.

En 2017, l’assurance a représenté 3,9% du PNB (produit net bancaire) de La Banque Postale (pour 222 millions d’euros de revenus) et 12,9% de son résultat d’exploitation.

Et à titre d’indication, CNP Assurances revendique le titre d’assurance de personnes numéro un dans l’Hexagone grâce à un résultat net en hausse de 7% sur un an, pour un montant de 1,28 milliards d’euros. Ses recettes s’élevant à 32,1 milliards d’euros (+1,9%).

Une relation gagnant-gagnant

Avec un contrat de partenariat, La Banque Postale et CNP Assurance signent pour une collaboration de plus en plus étroite. Même si auparavant, l’enseigne bancaire distribuait déjà sous sa marque des contrats qui seront portés sur le bilan de l'assureur. Interrogé par les Échos, le directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts, Olivier Sichel affirme que :

« CNP va devenir son usine à assurances pour tous les produits d'assurances et pas seulement pour l'assurance-vie ».

Olivier Sichel.

L’assurance dommage fait toutefois exception, car pour l’heure c’est Groupama qui y pourvoie. Dans tous les cas, la fusion va permettre à la filiale de la Société Générale de prendre les pas sur les banques mutualistes qui accaparent le marché en zone rurale ainsi que dans les petites villes.

Crédit Agricole, par exemple, dispose de 7 000 agences alors que La Banque Postale peut miser sur les bureaux de poste pour avoir 17 000 points à son compte.

Le financement des territoires fait aussi partie des nombreux avantages découlant de cette alliance, vue que l’action de l’établissement et de la CDC en sera mieux coordonnée.

Mais il n’y a pas que La Banque Postale qui en soutire des bénéfices. En effet, l’assureur verra certainement ses volumes de production s’accroître alors qu’il pourra toujours conserver sa position multi-partenariale, ce qui pourrait jouer en sa faveur au cas où des potentiels clients auront à consulter un comparateur bancaire. D’après Olivier Sichel :

« Pour CNP c'est aussi une bonne nouvelle. Un de ses principaux distributeurs devient son premier actionnaire ».

Olivier Sichel.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top