Société Générale se met au cloud public

Une enseigne de la Société Générale

Alors que le développement à grande échelle de nouvelles fonctionnalités prend plusieurs mois avec le système informatique traditionnel, le déploiement est presque instantané avec le cloud. De plus, les coûts informatiques sont réduits. En effet, Société Générale entend alléger ses dépenses d’infrastructures de 10 % sans pour autant négliger la sécurité des données. Au contraire, elle sera renforcée, grâce au lancement d’une plateforme hybride, qui intègre le cloud public et privé.

Détenir un avantage compétitif revient à développer des infrastructures informatiques connectées au cloud. Les établissements bancaires historiques comme Crédit Agricole et Société Générale s’y sont lancés très progressivement, propulsés dans l’ère du temps.

La maison mère de Boursorama érige actuellement une plateforme qui sera utilisée par l’ensemble du réseau, tel un déploiement à grande échelle, comme le relate un haut responsable.

C’est d’ailleurs la seule manière de concurrencer les nouveaux acteurs du secteur, qui excellent dans la relation client. Les Fintech ont vocation à commercialiser des produits innovants en un temps record et ne sont pas prêtes de s’arrêter.

10 % d’économies et une meilleure capacité d’innovation

À l’exemple de la Banque verte, Société Générale compte héberger ses données informatiques dans le cloud, avec 20 % d’informations stockées dans le public d’ici deux ans. Une bonne initiative, d’autant plus qu’elle place l’innovation au centre de sa stratégie.

En s’inscrivant dans cette démarche, la banque de détail espère réaliser 100 millions d’euros d'économies chaque année. Toujours est-il que les coûts liés à la maintenance et à l’amélioration des infrastructures informatiques pèsent lourd dans le budget.

Améliorer l’expérience client grâce au cloud

Des services innovants proposés à des tarifs aussi compétitifs les uns que les autres. Voilà ce qu’on constate lorsqu’on consulte un comparateur banque. Les plus dynamiques en la matière ne sont rien d’autres que les néobanques comme Revolut et N26. On doit ce succès aux technologies qui ont été développées en amont de la relation client : le cloud computing.

En ayant recours aux plateformes de cloud (qui sont gérées par les géants du web et de l’informatique), il en découle une meilleure capacité d'innovation. Un système informatique plus performant permet de concevoir de nouvelles applications et de les déployer à grande échelle en un temps très limité. Crédit Agricole a justement investi 1 milliard d'euro dans l’amélioration de son infrastructure informatique, afin de se mettre définitivement au cloud.

Société Générale garantit la sécurité des données

Même si le cloud computing offre de nombreux avantages à leurs utilisateurs, le virage n’est pas facile à entamer, notamment pour les banques de réseau. Comme l’énonce un spécialiste de Société générale, adapter les infrastructures informatiques au cloud prend du temps. Encore faut-il s’assurer de la conformité des opérations réalisées sur des serveurs externes.

Faire héberger des données sur le cloud public entraîne également des risques liés à la confidentialité des données. C’est la raison pour laquelle Société Générale choisit de sauvegarder les informations les plus sensibles sur des serveurs privés.

C’est par exemple le cas des renseignements sur les clients. En revanche, les données moins intéressantes sont stockées dans des serveurs publics. Une plateforme dédiée est en cours de développement. Pionnier dans ce domaine, le réseau bancaire Banco Bilbao Vizcaya Argentaria (BBVA) a également opté pour cette double approche.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top