Les banques d’investissement enregistrent un recul de leur performance

graphe montrant une baisse

L’arrivée des acteurs non bancaires a pesé sur la part de marché des banques d’investissement. Ces dernières notent un recul considérable au niveau de leurs résultats. Les régulateurs financiers favorisent aussi cette situation. Ces enseignes sont, de ce fait, obligées de se lancer dans la mise en place de certaines initiatives dans l’optique de rehausser leur performance.

Depuis la crise financière de 2008, les banques d’investissement ont vu leur part de marché s’amenuiser considérablement. Le fait est que l’arrivée des acteurs non bancaires dans le secteur a suscité un environnement de concurrence sur le marché. Les divers régulateurs dans le secteur ont favorisé l’évolution de ces nouveaux intervenants.

Bon nombre des enseignes de grande envergure ont dû élargir leur gamme de produits. Elles sont plusieurs à opter pour la mise en place de nouveaux modèles d’offres financières quitte à dépasser leur périmètre d’activité.

La stratégie de la banque ouverte ou Open banking est très populaire auprès de ces établissements dans le cadre de cette transformation.

Les acteurs non bancaires relancent la concurrence

Selon la recherche du Boston Consulting Group, les résultats financiers des banques d’investissement se sont inscrits en baisse depuis l’arrivée des acteurs non bancaires sur le marché. Cette régression a été constatée juste après la crise économique de 2008, amenant ces établissements dédiés à réviser leur système.

D’autant que certaines plateformes comme Airbnb ou Uber proposent de les offrir un contre modèle. À titre d’information, l’enseigne multinationale Lehman a même fait faillite au lendemain de la crise, démontrant la fragilité de ce secteur.

D’après Boston Consulting Group:

Bien que les revenus des métiers de marchés de capitaux aient progressé de 7% entre 2016 et 2017, les banques d'investissement n'en capturent plus qu'un tiers contre près de la moitié en 2006.

Boston Consulting Group.

Dans les détails, l’initiative, qu’ont prise les régulateurs à l’issue de la crise, joue en défaveur du rendement de ce type d’activité bancaire. Ainsi, la rentabilité des capitaux propres s’établit actuellement aux environs des 8% contre un ratio de plus de 15% pendant les années précédant la crise.

De plus, ces régulateurs ont soutenu l’entrée de nouveaux intervenants dans le secteur. Ils ont appliqué des dispositifs en faveur de ces opérateurs comme l’instauration de plus de transparence.

Ce qui a contribué fortement à la croissance de nombreux domaines comme les places de marché, les bases de données financières ou les chambres de compensation.

Les banques sont ouvertes à l’open banking

Les établissements financiers ont opté pour certaines mesures comme la réattribution du capital ou la diminution de la tarification en vue de préserver leur part du marché. Ils sont d’ailleurs nombreux à s’être lancés dans l’exploitation de nouvelles activités. Une capacité que les consommateurs pourront désormais prendre en compte afin de savoir quelle banque choisir.

La banque américaine Morgan Stanley a franchi le pas vers la gestion de patrimoine ainsi que la banque privée. GS ou Goldman Sachs, quant à elle, intègre d’autres domaines à savoir l’épargne et la banque commerciale.

Selon un administrateur au bureau parisien du BCG, Gwenhaël Le Boulay :

Depuis la crise, les banques ont fait beaucoup d'efforts, mais toujours à modèle constant. La chaîne de valeur des banques a été très peu déconstruite contrairement à d'autres industries. On pourrait très bien imaginer des banques structurées comme des plateformes, qui distribuent des produits fabriqués en interne ou bien par d'autres. Elles offriraient par exemple la garantie de proposer l'ensemble des produits au meilleur prix.

Gwenhaël Le Boulay.

À l’encontre des produits sur-mesure, exotiques ou structurés, ceux standardisés sont uniformisés et commercialisés en grand nombre et à des tarifs préférentiels dans le cadre de l’application de l’ « Open banking ». D’ailleurs, les apports de l’open banking se reflètent surtout au niveau de ces offres.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top