Un réseau paneuropéen de paiement est en cours de réalisation pour concurrencer Visa et MasterCard

réunion bancaire

Visa, MasterCard ou encore PayPal sont les leaders mondiaux des solutions de paiement. Un point qui inquiète les régulateurs financiers européens, car cela a entrainé une dépendance économique pour les pays du Vieux continent. C’est pourquoi ces institutions ont fait pression pour que les banques européennes collaborent et mettent au point une alternative à ces solutions de paiement américaines.

Jusqu’à présent en termes de moyen de paiement, Visa et Mastercard sont les plus plébiscités sur le Vieux continent. Aucune société en Europe n’a encore jusqu’ici réussi à développer une solution acceptée par la totalité des pays européens. Ce qui semble susciter une quasi dépendance financière vis-à-vis de ces géants outre-Atlantique.

Mais la donne devrait bientôt changer. En effet, une solution de paiement dénommée « European Payment Initiative » (EPI) devrait être lancé en Europe d’ici les deux prochaines années. Le projet est encore en cours de réalisation et des banques issues de huit pays sur le vieux continent y participent vivement.

Une solution de paiement made in Europe

Les régulateurs européens s’inquiétaient de la dépendance européenne vis-à-vis des solutions de paiement concoctées sous la bannière étoilée. Pour y remédier, ils ont ainsi encouragé les banques européennes à collaborer afin de mettre en place un réseau paneuropéen de paiement.

Le 2 juillet dernier, les accords ont été scellés. En France, Crédit Mutuel, BNP Paribas, la Banque Postale, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE participent au projet. Pierre Lahhabi se félicite de cette initiative :

Cette volonté des institutions européennes d’harmoniser les paiements pour favoriser la concurrence et encourager l’innovation, au profit des consommateurs, s’est déjà concrétisée pour les virements et les prélèvements. En revanche, dans le domaine des cartes bancaires, il y a eu des études, mais pas d’avancées concrètes. Cette initiative était donc attendue.

Pierre Lahhabi.

Comme on peut le lire sur le site de BNP Paribas, le but est de développer un dispositif de paiement 100 % européenne apte à couvrir tout type de transactions, allant de l’achat en ligne aux paiements entre particuliers partout en Europe.

Une question de souveraineté et de sécurité

Aujourd’hui, les sociétés américaines sont les leaders du marché en termes de solution de paiement, entrainant une « allégeance », financièrement parlant, qui est potentiellement préjudiciable en cas de crise majeure. Le CEO de Galitt indique à ce sujet :

Avec la présidence Trump, puis la crise du Covid-19, la question de l’autonomie stratégique, notamment vis-à-vis des États-Unis, a fait un retour au premier plan.

C’est donc une question de souveraineté. La mise en place de ce dispositif de paiement commun aux pays européens est d’autant plus important, compte tenu des informations sensibles en jeu. En effet, lorsque l’un des utilisateurs a recours aux solutions de paiements américaines, ses données personnelles sont stockées par ces sociétés, les exposant à un plus grand risque de vol.

Cependant, l’EPI ne devrait pas voir le jour avant deux ans. D’ailleurs, le projet n’en est encore qu’à ses prémisses et nécessite un financement conséquent. Les analystes européens estiment que des dizaines, voire des centaines de millions d’euros seront nécessaires pour le mettre sur pied. Les banques impliquées se devraient de départager cette somme.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top