Apple Pay dans le collimateur de la Commission européenne pour non-respect des règles de concurrence

Logo d’Apple

À peine installée, la nouvelle Commission européenne s’attaque à ses dossiers en attente. Pour Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la concurrence, le premier concerne Apple, épinglée pour sa solution de paiement mobile jugée trop verrouillée et contraire aux règles de la concurrence par Bruxelles.

Des pratiques anticoncurrentielles reprochées à Apple

Aujourd’hui, en raison des puissants dispositifs visant à sécuriser le module NFC des iPhone, seule Apple Pay, la solution de paiement maison du géant américain, permet aux détenteurs des mobiles de la marque d’effectuer des transactions financières sans contact.

Important Pour proposer leurs propres applications, les banques sont donc obligées de passer par Apple Pay pour faire profiter leurs clients de ce moyen de paiement en plein essor.

Cette « association » implique le règlement de frais par opération.

Ce n’est pas le seul « avantage » dont bénéficie Apple grâce à sa politique de fermeture à la concurrence. Pour rappel, Spotify avait déposé plainte auprès de la Commission à son encontre pour abus de position dominante.

« Tout achat effectué via l’App Store étant soumis à un droit de 30 %, le prix de l’abonnement du service d’écoute de musique en ligne dépasse largement celui d’Apple music, une méthode discriminatoire »

selon Spotify.

Pour les acteurs bancaires,

« L’uniformisation des règles est la base d’une concurrence saine. »

C’est justement dans le but de mettre fin à ce type de pratique que la Commission européenne se penche actuellement sur le cas de la firme de Cupertino et d’Apple Pay.

Elle envisage de contraindre Apple à autoriser l’utilisation de systèmes tiers concurrents sur ses smartphones. Les terminaux Android fonctionnent sur ce principe, toutes les applications de paiement pouvant accéder à la puce NFC.

Les géants du numérique dans le viseur des autorités européennes

L’association des banques allemandes se montre très favorable à la démarche de la Commission européenne.

Berlin a d’ailleurs adopté dans ce sens une loi prévue d’entrée en application au 1er janvier prochain.

De ce côté-ci du Rhin aussi, les poids lourds du numérique sont dans le collimateur de l’Autorité de la concurrence. Isabelle de Silva, sa présidente, suit avec la plus grande attention les projets de ces entreprises sur le marché financier tricolore.

Obliger Apple à se plier à se conformer à ces exigences ne sera cependant pas une tâche aisée. Plus tôt cette année, un représentant de l’entreprise prévenait que

« L’ouverture demandée pourrait mettre en danger la sécurité des informations des utilisateurs, en particulier les données financières.»

Isabelle de Silva.

 

 

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

  • Janvier
back top