Les grandes banques françaises tardent à opérer leur transition écologique

Bnp Paribas, l'une des banques en France

Une étude d’Oxfam France montre que la Société Générale, le Crédit Agricole, BPCE et BNP Paribas ont consacré 70 % de leurs investissements aux énergies fossiles contre seulement 20 % aux énergies renouvelables. Ce constat ne s’accorde pas au discours que les grandes banques françaises ont émis concernant la transition écologique.

Dans le cadre du Climate Finance Day qui s’est tenu le 28 novembre dernier au Palais Brongniart, Oxfam France a publié un rapport qui dénonce les pratiques des établissements bancaires français en termes de financement dans le secteur énergétique.

Avec le cabinet Profundo, l’association a mené une étude sur les investissements et financements réalisés par la Société Générale, le Crédit Agricole, BPCE, BNP Paribas, Crédit Mutuel Alliance fédérale et La Banque Postale en 2016 et en 2017.

L’étude a concerné les opérations de financement vis-à-vis de 290 entreprises appartenant au secteur énergétique et leurs succursales, ainsi que 89 projets dans le domaine des énergies renouvelables, dont les émissions d'actions et d'obligations qui ne correspondent pas à un type précis d'énergie.

Les petites banques sont de meilleurs élèves que les grands groupes

Il ressort de l'étude d’Oxfam France que sur 10 euros accordés par les banques françaises au financement du secteur énergétique, 7 euros sont attribués aux fossiles contre 2 euros aux énergies renouvelables. Concernant l’euro restant, il va essentiellement dans l’énergie nucléaire et hydraulique.

Selon l’ONG, le charbon prédomine encore les énergies financées étant donné qu’il compte 8,5 % d’entre elles. Son porte-parole, Alexandre Poidatz, résume :

« Sur la période 2016-2017, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, BPCE, Crédit Mutuel-CIC et la Banque Postale ont financé les énergies fossiles à hauteur de 43 milliards d’euros, contre seulement 12 milliards d’euros aux énergies renouvelables, alors que la situation climatique exige d'elles qu’elles fassent l’inverse. Trois ans après la COP21, les banques n’ont toujours pas pris le virage de la transition énergétique, malgré leurs beaux discours en ce sens ».

Alexandre Poidatz.

Du côté des petites banques, celles qui ont été analysées s’affichent comme de bons élèves. Ayant consacré une part de 92 % au financement des énergies renouvelables, la Banque Postale occupe la première place.

Vient ensuite le Crédit Mutuel Alliance fédérale (50 %). Avec 16 %, le Crédit Agricole est le groupe qui a accordé la part la plus faible au financement des énergies renouvelables. Il fait pourtant partie des premiers arrangeurs mondiaux de green bonds.

Oxfam France réclame la transparence des banques

Les résultats de l’étude d’Oxfam France ne concordent pas avec le discours des grands groupes bancaires, ceux-ci ayant annoncé l’an dernier une liste d’engagements concernant les financements des projets qui polluent le plus.

Il peut s’avérer judicieux de recourir à un comparateur banque pour établir un classement plus précis des établissements qui ont réellement entamé une transition énergétique. Le consommateur pourra ainsi opter pour une banque responsable et conforme à ses valeurs.

Oxfam France a déclaré que les annonces des grandes banques ne suffisaient plus. L’ONG réclame par conséquent un affermissement de la législation pour les contraindre à être plus transparentes et à établir un calendrier de sortie des énergies fossiles.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top