Les banques françaises affichent une frêle croissance au premier semestre 2018

Agence Crédit Agricole

Afin d’avoir une idée précise sur l’état de santé des établissements bancaires français durant le premier semestre 2018, Crédit Agricole a mené une enquête. Les résultats permettent de constater que ces acteurs financiers se portent assez bien grâce à différentes stratégies et malgré une tendance baissière au niveau de leurs activités traditionnelles.

Pour le premier semestre 2018, tout laisse croire que les banques françaises vont bien. Du moins, c’est ce que laissent croire les résultats de l’enquête menée par Crédit Agricole qui a été rendu publique récemment.

En effet, ces établissements financiers ont, pour la plupart, affiché une assez faible croissance au niveau de leurs revenus, même si leurs performances sont inégales. La différence de leurs moteurs de croissance serait à la source de cette disparité.

Quoi qu’il en soit, ces enseignes doivent encore faire face à une tendance baissière dans certains secteurs d’activité. Cette situation risque de s’intensifier d’ici la fin de l’année selon les prévisions.

Une tendance baissière pour certains secteurs

Bien que les opérateurs financiers français soient sur une ligne progressive, ils ont du mal à s’en sortir dans la banque de détail. Il se trouve en effet qu’ils ont du mal à maîtriser la tendance baissière de leurs rendements dans ce domaine. C’est d’ailleurs le cas pour Société Générale qui a vu diminuer son produit net bancaire ces six derniers mois, alors qu’elle espérait stabiliser la situation.

À en croire les prévisions du réseau bancaire en France, cette banque ne serait pas la seule à traverser cette mauvaise passe puisqu’il risque fort de se généraliser d’ici fin d’année pour afficher une décroissance évaluée entre 1% à 2%.

En Europe, la baisse de 6,8% enregistrée au deuxième trimestre concernant les investissements a également influencé la performance des enseignes françaises pour réduire considérablement leurs revenus.

Des stratégies efficientes

Les banques françaises ont dopé leurs rendements en s’appuyant principalement sur les offres de crédits aux particuliers et aux entreprises. La baisse des provisions aussi y est pour quelque chose en palliant les risques d’impayés et la baisse de revenus engendrée par les taux d’intérêt affaiblis dans le pôle des banques de détail.

BPCE (Banques Populaires Caisses d’Épargne) a par exemple réussi à compensé ses déficits budgétaires évalués à 13%. Entre 7% et 14% pour Natixis, BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole.

Chacune d’entre elles a adopté des stratégies différentes pour faire des bénéfices. Certaines ont fait de la gestion d’actif et de fortune leur moteur de croissance. D’ailleurs Natixis a rayonné dans ce domaine en dégageant un produit net bancaire estimé à 819 millions d’euros au second trimestre pour une progression de 10%. Cette enseigne est suivie de près par la filiale du Crédit Agricole, Amundi.

Pour d’autres comme BNP Paribas ou Société Générale, la zone euro a été leur terrain de jeux de prédilection en misant sur les activités internationales et les métiers spécialisés.

Quoi qu’il en soit, la meilleure manière pour trouver l’établissement le plus performant est de recourir aux services d’un comparateur bancaire.

Après tout, Frédéric Rozier, coresponsable de la gestion de portefeuille de Mirabaud interprète ces performances à sa manière et s’exprime en ces termes :

« Les résultats sont positifs sans être exceptionnels, nous n’avons pas eu de mauvaise surprise ».

Frédéric Rozier

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top