Une Fintech allemande prévoit une introduction en Bourse pour agrandir son influence internationale

capture écran du site N26

En quatre ans, la néobanque N26 a pu s’implanter dans près de 25 pays. Actuellement, elle cible les Brésiliens, après avoir conquis les Américains au mois de juillet dernier. Pour séduire davantage de clients, elle aspire à entrer en Bourse d’ici 3 à 5 ans. En plus de consolider son modèle d’affaires, la Fintech souhaite préserver son indépendance.

Jusque-là, la banque mobile N26 totalise 3,5 millions de clients, dont 900 000 dans l’Hexagone. Elle ambitionne de détenir 100 millions de clients à travers le monde dans quelques années. Parviendra-t-elle à relever le défi ? Le directeur général, Jérémie Rosselli, révèle que 80 % de la population française ne sont pas encore au courant de l’existence de N26.

Toutefois, sa croissance en dit long sur son avenir. De juin 2018 à juin 2019, le nombre d’usagers a augmenté de 2,5 millions. Pour percer davantage, la start-up prévoit de s’introduire en Bourse. C’est ce qu’indique Valentin Stalf, l’un des cofondateurs.

S’imposer face à la concurrence

Jérémie Rosselli avance que N26 veut devenir la banque de référence de ses clients dans leur vie quotidienne. C’est pourquoi la Fintech développe régulièrement des services innovants et pratiques.

Par exemple, elle propose l’ouverture d’un compte bancaire gratuit à l’étranger adapté à chaque usager, grâce à l’offre N26 You. Par ailleurs, un outil de gestion collective d’argent est mis à l’essai. Ces investissements suffisent-ils pour autant, notamment pour affronter la concurrence ?

Valentin Stalf souligne que les charges de la Fintech correspondent à 1/5 ou 1/6 des coûts des établissements classiques. En effet, les néobanques dépensent moins d’argent dans les campagnes de promotion, ce qui tend à diminuer les coûts d’acquisition.

Néanmoins, N26 doit résoudre ses problèmes logistiques, sachant qu’elle doit ouvrir de nouveaux locaux de façon régulière. Ceci dit, de nouveaux collaborateurs doivent être embauchés, notamment dans les domaines commercial et marketing, sans oublier celui de l’ingénierie.

Une levée de fonds pour appuyer le développement malgré l’interpellation des gendarmes financiers

Après avoir ouvert un compte par le biais de faux papiers, la jeune pousse N26 a été mise en garde par le régulateur du secteur bancaire allemand.

Il déplore également la qualité de la communication vis-à-vis des clients victimes de piratage informatique. Ces derniers temps, les gendarmes financiers des différents pays où sont localisées les néobanques contrôlent rigoureusement les activités de ces dernières, notamment avec l’acquisition exponentielle de nouveaux usagers.

Cet incident n’empêche pas N26 de poursuivre sa croissance. D’ailleurs, l’enseigne a collecté 470 millions de dollars au mois de juillet dernier. Les fonds GIC et Valar Ventures comptent parmi les investisseurs. Jérémie Rosselli n’a pas manqué de préciser au journal Les Échos l’utilisation des fonds réunis :

N26 est aujourd'hui extrêmement bien financée. L'objectif de la série D est de poursuivre notre développement géographique, améliorer notre rentabilité, et continuer à innover.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top