Forte concurrence entre banques en ligne et néobanques pour séduire les clients

Des cartes bancaires

Les néobanques séduisent un nombre croissant de particuliers à travers le monde. Si N26 est la première à franchir la barre symbolique du million d’utilisateurs dans l’Hexagone, au niveau international, elle est devancée par Revolut et ses 6 millions de clients européens et australiens. La concurrence fait rage entre ces banques mobiles, mais aussi avec les acteurs en ligne.

N26, première néobanque à atteindre le million de clients français

Installée en France depuis fin 2016, N26 a réussi en deux ans à multiplier le nombre de ses clients par dix.

Important Elle devient ainsi la première néobanque à franchir le seuil du million de clients sur le marché tricolore.

Et le mouvement devrait se poursuivre, la banque mobile berlinoise ayant conquis 400 000 personnes supplémentaires au cours des trois premiers trimestres 2019.

Le portefeuille de N26 se compose essentiellement de jeunes, l’enseigne déployant des efforts importants pour attirer les Millennials. Un quart des usagers ont moins de 25 % et 37 % sont âgés de 25-35 ans. L’ensemble de ses clients réalise une vingtaine de transactions mensuelles d’un montant moyen de 1020 euros.

La start-up allemande ne cache pas ses ambitions pour l’avenir. En proposant des solutions modernes et simples répondant aux attentes des clients et s’adaptant à leurs modes de vie, elle veut s’imposer comme le numéro un sur le secteur français de la banque numérique.

Pour financer sa croissance, la jeune pousse valorisée à 3,5 milliards de dollars a levé plus de 670 millions de dollars et envisage d’entrer en Bourse dans les trois ou cinq prochaines années. Présente dans 26 pays, N26 vise désormais les 100 millions d’utilisateurs dans le monde.

Revolut veut doubler un portefeuille de 6 millions de clients d’ici à 2021

N26 n’est pas la seule à nourrir de grandes ambitions. Revolut est implantée dans 32 pays et compte 6 millions de clients.

Important D’ici la fin 2019, elle entend conquérir 24 autres marchés, notamment les États-Unis, le Japon, Singapour, le Brésil et la Russie et mise sur une croissance de 100 %, voire 200 %, de son portefeuille d’ici à fin 2021.

Pour atteindre ses objectifs, la fintech britannique investit dans de nombreux produits et services innovants, dont les cryptomonnaies. Elle prévoit également d’embaucher 3500 personnes et a récemment signé un partenariat avec Visa.

Intérêt croissant des Français pour l’offre des néobanques

L’essor fulgurant des néobanques s’explique aisément. Outil désormais indispensable du quotidien, le smartphone favorise la démocratisation de l’offre des banques mobile et en ligne, laquelle présente plusieurs avantages par rapport à celle des établissements historiques : praticité, instantanéité et économie.

Selon l’Observatoire des banques en ligne et néobanques de l’Institut CSA,

« Le pourcentage de consommateurs qui choisissent une banque en ligne pour domicilier leurs revenus est en constante hausse ».

Deux ans plus tôt, leur part n’était que de 40 %, mais elle gagne 2 points par an. Cette progression traduit une confiance accrue en ces acteurs maintenant solidement implantés dans le paysage bancaire et de l’assurance. Pour l’instant, les banques mobiles font le plus souvent office de compte bancaire secondaire.

Concurrence sur la gratuité des frais à l’étranger

La concurrence s’intensifie entre les enseignes traditionnelles et les autres et les prix constituent un argument phare. Actuellement, la guerre porte sur la gratuité des frais bancaires à l’étranger, initiée par Boursorama avec sa carte Ultim, laquelle a été suivie par Fortuneo et son offre Fosfo.

La première revendique 2 millions de clients et table sur 3 millions de clients en fin 2020, notamment grâce à Ultim, qui a enregistré 125 000 inscriptions en un trimestre. D’après notre comparatif des néobanques :

  • Nickel a reçu 91 000 souscriptions entre janvier et mars 2019, portant le nombre total de ses utilisateurs à 1,3 million.
  • Le rythme est moins soutenu pour Orange Bank, qui a convaincu seulement 72 000 clients au premier semestre pour atteindre 320 000 clients à fin juin.

Il reste à voir comment vont réagir les banques mobiles, qui facturent les frais à l’étranger aux clients qui n’optent pas pour l’offre payante, souvent assortie d’une durée d’engagement minimale et de limites pour les retraits.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top