Les banques digitales sont une alternative aux problèmes de tarifications en Tunisie

banque en ligne

La Tunisie est un pays où le marché financier est encore dominé par les banques traditionnelles. Ne connaissant jusqu’ici aucune concurrence, ces dernières profitent de leur monopole pour opérer à leur guise en jonglant sur leur tarification qui ne cesse d’augmenter depuis plusieurs années. Une situation qui pourrait bien se résoudre si cette nation pouvait bien donner une chance aux opérateurs en ligne.

Contrairement à la France ou à certains pays européens et américains, le marché financier tunisien n’est pas encore prêt à franchir le pas vers la digitalisation. La raison est simple, les acteurs opérant dans ce secteur préfèrent s’en tenir aux anciennes méthodes qui leur sont bénéfiques. En effet, ils misent sur les services classiques pour optimiser leur rendement.

Ils y gagnent beaucoup, ne serait-ce que d’énumérer les frais bancaires qui leur rapportent dans les 400 millions de dinars (123 714 679,96 euros). D’ailleurs, pour accentuer encore plus leurs bénéfices via cet ancien système, les banques traditionnelles n’hésitent pas à augmenter leurs tarifs d’année en année sans pour autant apporter des améliorations à leurs services.

La sur-commission et la sur-tarification comme levier de croissance

Si les banques tunisiennes sont actuellement en mesure de générer des bénéfices aussi élevés, c’est uniquement grâce à la sur-commission et à la sur-tarification.

ImportantEn effet, depuis sept ans, les principaux acteurs financiers de la Tunisie ont procédé à une augmentation unilatérale des frais bancaires sous l’influence de deux banques privées qui détiennent 30% du part du marché (pdm) ; étant très actifs sur le plan marketing. Les banques publiques, qui sont en nombre de 3 et malgré une part de marché élevé à 35%, restent sur un plan passif. Les 11 autres établissements bancaires, quant à eux, ne font que suivre la tendance.

De ce fait, le principe de la concurrence loyale et constructive est loin d’être respecté dans ce pays d’Afrique du Nord. Et pour cause, ce sont les clients qui en paient le prix fort qu’il s’agisse de particuliers, d’entreprises ou de professionnels. Certains observateurs sont même allés jusqu’à qualifier la situation de :

Prélèvements bancaires s’apparentant à de la taxation indirecte.

Les banques en lignes sont écartées

En Europe et un peu partout dans différents pays à travers le monde, l’essor des banques en ligne a contribué à la limitation des frais bancaires. En accentuant la concurrence, il a également permis aux services financiers de s’améliorer encore plus afin de séduire au mieux la clientèle.

Cependant, les enseignes digitales sont écartées en Tunisie bien qu’elles soient en mesure de fournir des services complets à la clientèle comme :

  • Le compte courant
  • L’épargne
  • L’assurance-vie
  • La bourse
  • Le crédit à la consommation ou immobilier

Et puisque les frais liés à ces différentes offres sont réputés pour être des plus abordables, ils représentent une menace réelle pour les chiffres d’affaires des opérateurs traditionnels. D’ailleurs, ces derniers font tout pour qu’aucune banque à distance ne fasse pas son entrée sur le territoire. Ils ne sont pas prêts à partager leur principale source de revenus.

En attendant, la clientèle ne peut compter que sur le soutien de la BCT (Banque centrale de Tunisie) qui œuvre pour la légitimation de la tarification après avoir donné un coup de jeune à son département de supervision bancaire.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top