La saison 2022 sera plus compliquée que 2021 pour les banques européennes qui gardent cependant leur optimisme

Drapeaux de l’Union européenne devant un bâtiment

Sur le Vieux Continent, analystes et acteurs du secteur bancaire, s’accordent à dire que la période d’exercice 2021 peut s’inscrire dans la livre des records jamais enregistrés depuis la crise financière en matière de performance. Et maintenant que 2022 est là, ils estiment qu’il serait plus difficile de réaliser une telle prouesse.

À travers une comparaison des banques, il serait facile de découvrir que 2021 a été une année exceptionnelle pour les enseignes bancaires opérant sur le Vieux Continent. Ce, pour la simple raison que ces dernières ont su profiter de différents leviers pour réaliser un record de performance jamais établi depuis la crise financière de 2008.

En effet, tout indique que cette période d’exercice a été particulièrement généreuse pour ces dernières en mettant différents leviers en leur disposition. Une bonne nouvelle qui ne saurait durer selon les observateurs indiquant que la saison 2022 sera bien plus compliquée à conquérir avec les défis que ces acteurs auront à relever.

2021 a été une saison exceptionnelle

Maintenant que 2021 a tiré sa révérence, les premiers bilans sur l’ensemble de la période commencent leur apparition comme c’est le cas pour le secteur bancaire européen qui ne s’est pas retenu pour annoncer que c’était une saison exceptionnelle marquée par de belles performances. Pour s’en convaincre, il suffit de porter un regard sur les différents indicateurs pointant dans ce sens.

À commencer par le dynamisme de l’activité qui a permis au système de renforcer considérablement ses revenus selon les experts de Deutsche Bank précisant que :

Sur les neuf premiers mois de l’année, la hausse des revenus est telle qu’elle pourrait conduire aux résultats annuels les plus élevés depuis la crise financière.

Un point de vue partagé par les autres acteurs indiquant également que le soutien financier des banques centrales leur permettant de déverser des liquidités dans l’économie a eu des impacts positifs sur leurs bilans se manifestant à travers :

  • Un flux d’affaires gigantesque ;
  • Une croissance significative des prix des actifs.

De quoi permettre à beaucoup d’entre eux de se lancer dans le capital-investissement et les fusions-acquisitions selon les analystes y découvrant un aboutissement plus qu’encourageant. Et comme si cela ne suffisait pas, Andrea Enria a fait savoir que :

Sur la qualité des actifs, nos estimations initiales pourraient avoir été trop pessimistes.

Andrea Enria

Non pas sans raison puisque ce patron de la supervision bancaire de la BCE est le mieux placé pour savoir que contrairement à leurs concurrentes américaines contraintes de puiser dans leurs provisions, les banques européennes ont pu profiter des avantages d’une baisse du coût du risque.

Des complications pour 2022

Il va sans dire qu’avec de si beaux résultats, 2021 a fait figure d’exception. Mais en se projetant sur l’avenir, les analystes sont parvenus à conclure que 2022 aurait du mal à atteindre un tel niveau étant donné les nombreux défis que le secteur aurait à relever.

Ce qui devrait être le cas dans la mesure où le variant Omicron venait à bouleverser l’ordre des choses en redynamisant la crise sanitaire engendrant un ralentissement économique qui, à son tour, pèsera sur les revenus et les rentabilités des banques à travers les taux faibles. Un scénario difficile qui n’est cependant pas pour impacter l’optimisme de ces dernières selon leur représentant faisant savoir que :

Le virus va continuer à nous occuper dans les pays d’Europe, mais on a quand même amélioré la manière de le gérer. On reste confiant sur la façon dont les États et les entreprises vont gérer la situation.

Ainsi, la filière aborde le sujet d’une façon positive sauf qu’en parallèle, elle se doit aussi de faire face à d’autres soucis :

La disparition du dispositif TLTRO qui est attendue pour la mi-2022 ;

L’éventuel resserrement de la politique monétaire associé à une hausse des taux qui affecteront la valorisation des actifs et les coûts de financement.

À la Deutsche Bank de préciser concernant le TLTRO :

Les banques auront à gérer l’expiration des conditions de financement les plus favorables.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top