Retour à la normale pour la collecte du livret A et du LDDS

Drapeau de l’Union européenne contre le Parlement à Bruxelles, en Belgique.

Après des mois de forte augmentation, la collecte du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) revient à des niveaux plus raisonnables proches de ceux d’avant la pandémie de Covid-19. Toutefois, l’explosion de l’épargne des ménages dans un contexte de forte inflation risque de placer le gouvernement dans une solution délicate d’ici la revue du taux de rémunération en janvier 2022.

La collecte du livret A et du LDDS revient à des niveaux « normaux »

Depuis le début de la crise sanitaire, faute de pouvoir consommer et par manque de visibilité quant à l’avenir, les Français ont mis des milliards d’euros de côté. Le Livret A et le LDDS en ont grandement profité puisque le dernier rapport de la Caisse des Dépôts montre un encours total de 472,4 milliards pour ces deux produits d’épargne réglementée.

Toutefois, les données de la CDC font apparaitre une évolution en dents de scie. La progression marquée enregistrée pendant le confinement du printemps 2021 a été suivie par une chute à 40 millions d’euros en juin avec la levée des restrictions. La moisson est ensuite repartie à la hausse en juillet, à un rythme nettement inférieur à celui des mois précédents à 1,39 milliard d’euros. Le ralentissement a été confirmé en août avec 1,9 milliard d’euros déposés sur les deux types de livrets.

Les experts y voient un retour à la normale, même si l’extension du pass sanitaire est susceptible d’entraîner une légère remontée. En effet, les personnes qui ne détiennent pas le précieux sésame ne peuvent accéder aux établissements culturels et aux restaurants et bars, ce qui peut se traduire par une hausse d’épargne forcée. En dépit de ce mouvement de décrue,

Important La collecte globale sur les 8 mois s’établit à un niveau record de 24,07 milliards d’euros.

L’inflation pourrait contraindre l’État à relever le taux de rémunération des livrets

Important Le niveau extrêmement élevé de l’épargne représente un potentiel problème pour l’État d’ici à janvier.

En effet, si l’inflation reste aussi importante que l’anticipent la Banque centrale européenne et l’OCDE, les détenteurs de Livrets A et de LDDS pourraient voir leur rendement dégringoler. Mais surtout, les pouvoirs publics pourraient être contraints à une revalorisation du taux de rémunération. Car il faut savoir que l’augmentation des prix est prise en compte dans le calcul de ce fameux taux.

En pleine période électorale, certains pourraient voir cette mesure d’un bon œil. Le danger est qu’elle dissuade les Français de consommer. Or, depuis des mois, le gouvernement répète que

Les dépenses des ménages sont indispensables au retour de la croissance économique.

La prochaine revue semestrielle du taux de rémunération étant prévue pour janvier, le ministère de l’Économie dispose de quelques mois pour espérer une baisse de l’inflation.

Pour faire fructifier leurs économies ou simplement les mettre en sécurité, les particuliers ont le choix des supports en fonction de leurs objectifs et de leur appétence au risque.

Une comparaison des banques et de leur gamme de solutions d’épargne permet de trouver l’offre la mieux adaptée en termes de simplicité d’ouverture et de fonctionnement, de liquidité des fonds, de fiscalité, etc.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top