Les acteurs économiques sont partagés quant à l’abrogation du gel des dividendes

discussions professionnelles

Le secteur bancaire s’en sort plutôt bien face à la crise engendrée par la pandémie du covid-19. Une résistance que les établissements financiers doivent en partie aux règlementations imposées suite à la crise de 2008 et du gel des dividendes décrété par la Banque Centrale Européenne. Concernant la dernière réforme, les banques souhaitent aujourd’hui qu’elle soit levée.

À l’automne 2008, une crise financière a frappé l’Hexagone, le système bancaire français s’en est retrouvé grandement impacté. De nombreux établissements financiers étaient même très proches de déposer le bilan.

À la suite de cette crise, la Banque Centrale Européenne a exigé des banques qu’elles augmentent leurs fonds propres, une réforme qui a permis aux succursales de faire face à la conjoncture actuelle. Pourtant en début d’année, certaines banques ont souhaité abroger cette règle, selon des sites de comparaison banque, la situation serait ainsi aujourd’hui différente si cette demande avait été validée.

Néanmoins, des banques souhaitent encore à l’heure actuelle un assouplissement des règlementations en vigueur.

La Banque de France est favorable au retour des versements de dividendes

Se constituer plus de capitaux propres, telle était l’exigence de la banque européenne envers les établissements financiers du vieux continent, à la sortie de la crise de subprimes 2008. Cette mesure a permis aux banques de résister aux impacts de la pandémie du covid-19.

Et pour assurer plus encore la stabilité du système bancaire, le régulateur européen a suspendu les versements de dividendes, une réforme également valable en France. Mais au vu de l’amélioration apparente de la situation, les succursales françaises souhaitent aujourd’hui un retour aux dividendes. Une requête à laquelle adhère le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Ce dernier a indiqué lors d’une conférence de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, le 27 novembre dernier, que les banques françaises ont incroyablement résisté à la crise, en témoigne leur bilan en cette fin d’année 2020.

Le gouverneur souhaite ainsi que les établissements financiers soient de nouveau autorisés à rémunérer leurs actionnaires. Qui plus est, a-t-il souligné, il faut préserver l’attractivité des banques pour les investisseurs afin de pouvoir lever des fonds.

De plus, ce gel des dividendes a fait chuter le cours boursier des succursales. François Villeroy de Galhau conseille ainsi de suivre l’exemple des régulateurs en dehors d’Europe qui se dirigent vers une distribution encadrée des dividendes.

Des avis partagés

Le gel des dividendes a été imposé par la BCE aux 117 plus grands établissements financiers de la zone euro. Cette restriction avait pour but de préserver les fonds propres des banques et de les inciter à accorder plus de crédits aux entreprises et aux ménages. Cette règle est entrée en vigueur au printemps dernier, le régulateur européen devrait se prononcer d’ici une semaine pour faire savoir qu'elle sera maintenue ou non.

Le prolongement du gel divise les acteurs économiques. D’un côté, bon nombre d’entre eux se disent favorables à l’abrogation de cette règlementation, dans la mesure où l’on mettrait en place une distribution encadrée. Tandis que certains professionnels du secteur s’opposent fermement au retour des versements de dividendes.

Les avis sont donc partagés, mais la tendance semble être tournée vers le prolongement du gel. En effet, les analystes soulignent que toutes les banques n’ont pas été impactées de la même manière par la crise. Certaines succursales accusent de lourdes pertes de capitaux, suggérant que leurs fonds propres devraient bientôt être mis à contribution.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top