Transparence climatique dans le secteur bancaire européen : l’ABE tape du poing

Grand signe de l'euro à Francfort sur le Main.

L’Autorité bancaire européenne s’est entretenue le 1er mars dernier avec les acteurs bancaires au sein de l’Union. L’objectif de cette réunion était de connaître l’aptitude des établissements européens à évaluer leur degré d’exposition aux risques liés au climat et à communiquer les résultats. Dans le cadre de cet exercice, les banques devront se référer au Green Asset Ratio, un indicateur qui prend en compte la taxonomie européenne. La réception des contributions sera ouverte jusqu’à début juin.

Un défi de taille pour le secteur

Cette consultation coïncide avec l’accélération des réalisations européennes dans la lutte contre le changement climatique. Le but étant qu’à partir de 2022, les banques et les organismes financiers seront en mesure de publier l’exposition au risque climatique de leurs portefeuilles.

Ces informations pourront être prises en compte par un comparateur de banque, et aideront les investisseurs dans leurs prises de décisions,

Précise l’EBA. En ayant accès à toutes ces informations, les investisseurs comme les particuliers pourront juger si leur banque est verte, une chose impossible à ce jour.

Il reste encore beaucoup à entreprendre avant d’atteindre cet objectif. En effet, un premier sondage mené par le régulateur financier sur le niveau d’avancement des institutions bancaires en matière de transparence climatique fait état d’une situation quasi embryonnaire.

ImportantLes banques ont certes développé un certain intérêt sur le sujet, à travers la participation aux crashs tests climatiques par exemple, mais elles sont loin d’avoir mis au point un processus d’évaluation ou des méthodes de calcul pour mesurer leur alignement par rapport à la taxonomie européenne et les indicateurs de performance associés.

Vers une transparence effective

L’ABE relève également que les dispositifs informatiques utilisés par le secteur bancaire ne répondent pas aux exigences d’une transparence climatique. À titre d’illustration, les systèmes informatiques existants tiennent uniquement compte de l’activité économique lors du classement des contreparties.

L’intégration de la taxonomie nécessite ainsi une amélioration des capacités de collecte et de conservation des données. Cette modification est susceptible de générer des coûts importants pour le secteur bancaire.

Partant de ce constat, l’ABE précise que

Des estimations seront acceptées pour les premières publications à livrer au début 2022, et ce, afin d’alléger les charges des établissements qui subissent déjà de fortes pressions face à la crise.

L’autorité espère néanmoins accéder à des informations consolidées sur le cas des grands groupes qui composent les portefeuilles des banques européennes d’ici fin 2022. Toutes les banques devront adopter le processus à l’horizon 2024.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top