La cybercriminalité à l’encontre les banques se multiplie depuis le début de l’année

Vue de l’extérieur du bureau d’investissement d’Axa dans la ville de Londres.

Les banques sont la cible favorite des hackers. Ces dernières années, les cyberattaques contre les établissements financiers se multiplient. Pire encore, leur nombre s’accroit depuis le début de la crise sanitaire, souvent sous forme de ransomware. Face à l’éventuelle démocratisation du télétravail, la cybersécurité se retrouve davantage au centre des débats.

Les piratages informatiques à l’encontre des banques se font de plus en plus récurrents ces derniers temps, surtout depuis le début de la crise sanitaire. Et depuis le début de l’année, les cyberattaques se sont multipliées d’une manière encore jamais vue. La société américaine de transport Colonial a récemment été la victime d’une ransomware, ce qui a paralysé pendant 10 jours une partie de son réseau d’approvisionnement.

AXA Partners, filiale du géant français de l’assurance, a également été victime d’une intrusion informatique il y a quelques jours. La société a d’ailleurs indiqué que des données financières et médicales ont été dérobées. Un fait relaté par de nombreux sites de comparaison banque.

Les risques identifiés

Face à la recrudescence des piratages informatiques, la protection des systèmes informatiques est au centre des préoccupations des banques. D’ailleurs, le directeur des ressources et de la transformation chez la Société Générale, Christophe Leblanc, a indiqué que les menaces cybernétiques sont régulièrement abordées durant les réunions du comité de direction et même au conseil d’administration.

Cette problématique devrait aussi être largement débattue dans les mois à venir face à l’éventuelle démocratisation du télétravail et l’accélération du processus de digitalisation des services financiers. Les professionnels du secteur indiquent, en effet, que les établissements financiers en Europe souhaitent restructurer leur mode de travail en pérennisant partiellement le télétravail.

Mais si les banques souhaitent concrétiser ce projet, il faudrait améliorer considérablement la sécurité informatique, car les employés bénéficient d’une plus faible sécurité à domicile que dans les bureaux. Néanmoins, Loïc Guezo, directeur stratégie cybersécurité chez Proofpoint, a affirmé que les banques ont déjà identifié les risques. Il a rajouté que :

Même la menace des ransomware est bien intégrée.

Loïc Guezo

Il faudra peut-être aussi mener une campagne d’information concernant le phishing. Une récente étude a, en effet, révélé que bon nombre de clients bancaires ne connaissent pas le phishing, avec une proportion particulièrement forte chez les jeunes.

Les cyberattaques de ces dernières années

Les agences de notation se penchent aussi davantage sur les cyberattaques. L’une d’entre elles a indiqué qu’une cyberattaque est dans les faits un risque non financier, mais elle entraine tout de même des conséquences financières. Qui plus est, cette problématique tend à prendre de l’ampleur ces derniers temps.

Les agences de notation conseillent aux banques d’intensifier les investissements pour limiter le risque d’une intrusion informatique et ses retombées financières ainsi que les pertes de données et la paralysie des systèmes informatiques. De plus, les cyberattaques pourraient avoir des répercussions sur les notes de crédit.

Ces dernières années, les piratages informatiques à l’encontre des banques se sont multipliés. En 2019, une enseigne bancaire américaine a été victime d’un vol de données qui a touché 106 millions de ses clients. Cet incident a entrainé des pertes financières à hauteur de 148 millions de dollars. En 2020, la banque chilienne BancoEstado a aussi été la cible d’une ransomware, ce qui a contraint l’enseigne à fermer l’ensemble de son réseau d’agences pendant une journée.

Plus récemment, Colonial a également été la victime de ce même type de piratage. Les hackers ont exigé une rançon de 5 millions de dollars et la société américaine a accepté de se soumettre à leurs exigences. Cet incident a fait grand bruit aux États-Unis, car c’est la première fois qu’une société d’une telle envergure accepte de céder au chantage de cybercriminels.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top