La crise sanitaire a largement contribué à l’essor des transactions financières digitales en Afrique

jeune femme en pleine transaction financière

Face aux ravages de la pandémie du covid-19, le recours aux transactions financières digitales affiche une véritable hausse sur le continent africain, déjà qu’elles y étaient assez courantes bien avant la crise. Néanmoins, quelques modifications sont nécessaires pour que ce service puisse fonctionner efficacement. Ce, notamment en ce qui concerne la collaboration entre les opérateurs téléphoniques et les banques.

Depuis la reprise en Afrique, les acteurs financiers cherchent les meilleurs moyens de relancer au plus vite l’économie après trois mois d’arrêt. Dans cette optique, BGFI Bank vient de lancer une banque à distance ciblant les entreprises gabonaises. Cette initiative ayant pour dessein de faciliter la gestion financière des fonds des enseignes concernées, ces derniers pourront plus facilement suivre et consulter leurs comptes, en plus de pouvoir procéder à des virements bancaires nationaux et internationaux via la plateforme.

Ismaïl Ahmed, le patron de la plateforme digitale de services financiers et commerciaux Wari, avait d’ailleurs déjà souligné en 2017 la nécessité pour l’Afrique de s’orienter vers ces alternatives bancaires.

Notre sélection des promos
Offre du moment
150 € Offerts
BoursoBank
Je découvre l’offre
Offre du moment
150 € Offerts
Fortuneo
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
Hello Bank
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
Société Générale
Je découvre l’offre
Je compare les offres bancaires

L’Afrique, pionnier des transactions financières digitales

Il y a de cela treize ans, une prémisse d’un projet afférent à la numérisation des transactions financières a vu le jour au Kenya, avec M-pesa qui s’est ensuite largement répandu sur le continent. Aujourd’hui, 90 % de ce type d’opérations effectué dans ce pays est réalisé via des plateformes digitales. Qui plus est, elle a pris plus d’ampleur grâce à la démocratisation du mobile money et du mobile banking, faisant du continent africain le pionnier en matière de transactions financières digitales.

Le recours à ces méthodes de paiements s’est d’autant plus avéré nécessaire face à la pandémie sanitaire afin de respecter les gestes barrières. De nombreux gouvernements africains avaient d’ailleurs encouragé leurs citoyens à privilégier cette alternative en vue de limiter l’utilisation des billets verts. Cela s’est accompagné d’une requête des banques centrales vis-à-vis des sociétés en charge afin que ces transactions soient totalement gratuites, n’accusant donc d’aucuns frais. Une demande qui a été validée par les opérateurs télécoms.

Cette alternative bancaire semble donc être vouée à se démocratiser sur le continent. Cependant, certains ajustements sont nécessaires, comme l’a souligné Pierre Champsavoir, expert financier et consultant en Afrique :

Le risque sanitaire a fait naître l'opportunité d'une transition accélérée vers une économie digitalisée pour toutes et tous. Néanmoins, si cette situation est amenée à durer, les opérateurs, les régulateurs et les États devront s'entendre afin de transformer cette réponse de crise en un nouveau système. La gratuité de certaines transactions, condition sine qua non à une pérennisation de l'usage du mobile money, nécessitera l'invention de nouveaux modèles d'affaires et probablement la création de nouveaux partenariats.

Pierre Champsavoir

Je compare les offres bancaires

Harmoniser les relations entre les banques et les opérateurs téléphoniques

Une meilleure collaboration entre les enseignes bancaires et les sociétés de télécoms est un critère fondamental pour vulgariser les transactions financières digitales en Afrique. En effet, ces deux institutions sont gérées par deux entités distinctes, une réforme est donc nécessaire. Mais les professionnels du secteur sont confiants quant à la mise en place d’une telle mesure, à l’image de Paul-Harry Aithnard, directeur général d’Ecobank, qui a déclaré :

À mon avis, nous assistons à l'essor d'un environnement de coopération-compétition entre les banques et les opérateurs téléphoniques. Cet environnement est sain, à la seule condition d'être capable de délivrer une meilleure expérience aux utilisateurs de services.

Paul-Harry Aithnard

Il est à noter que des efforts ont déjà été déployés. En effet, Equity Bank avait déjà lancé en République démocratique du Congo une application mobile de transfert d’argent dénommée « easydirect » durant le pic sanitaire. Cette plateforme permettait à la diaspora de l’Union européenne d’envoyer de l’argent aux membres de leurs familles restées au pays, depuis leurs cartes bancaires. Ces derniers pouvaient réceptionner les fonds sur leurs comptes Equity ou directement sur leurs portefeuilles numériques de mobile money, et ce, quel que soit l’opérateur téléphonique. Un premier pas dont s’est félicité le directeur général d’Equity Bank RDC, Célestin Muntuabu Mukebe. Selon lui, en effet :

Je crois en la convergence des banques et des télécoms en Afrique pour faciliter l'accès aux services financiers de base.

Célestin Muntuabu Mukebe

Archives

Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires Bientôt L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.