Les banques en ligne s’installent doucement, mais surement

utilisation des services d'une banque en ligne

Les banques en ligne existent depuis le début des années 2000. Cela fait donc près de 20 ans qu’elles évoluent et essaient de conquérir un marché où leurs homologues traditionnels étaient déjà bien implantés. Mais avec la révolution numérique, le rapport de force paraît en train de changer. Où en sont les banques « nouvelle génération » à l’heure actuelle ?

Une évolution en fonction des besoins du client

Les toutes premières banques en ligne se spécialisaient presque exclusivement dans l’épargne. Mais avec les évolutions technologiques, elles ont été en mesure d’élargir leur catalogue de produits financiers. Aujourd’hui, elles offrent quasiment les mêmes services que les agences classiques.

Mais les habitudes sont difficiles à changer. En France, les néobanques peinent encore à séduire les consommateurs. Ces plateformes numériques totalisaient à la fin de l’année dernière 4,4 millions de clients, soit seulement 6,5 % de parts de marché.

Qu’à cela ne tienne, ces fintechs semblent être promis à un avenir florissant, surtout que la clientèle des établissements traditionnels commence à grincer des dents.

Des frais trop élevés, de la lenteur dans les opérations, pas assez d’accompagnement… Ce sont autant de reproches faits par ceux qui se disent prêts à tenter l’aventure en ligne.

Un problème de rentabilité

Les banques en ligne ont fait du « low-cost » leur principal argument de vente. Une stratégie gagnante puisque pour la seule année de 2017, elles ont attiré 1,3 million de nouveaux clients.

Certaines enseignes vont même plus loin en offrant des primes de bienvenue aux nouveaux arrivants, des sommes souvent non négligeables qui leur causent plus tard quelques soucis de rentabilité.

Important En moyenne, un client leur rapporte 138 euros de PNB (Produit Net Bancaire).

Cependant, bien que dépourvues d'agence, ces plateformes peinent à atteindre leur point d’équilibre. La gratuité de certains de leurs services, combinée aux primes de bienvenue, pèse lourdement sur leur rentabilité. Selon les chiffres publiés par l’ACPR, ces dernières « représentent jusqu’à 24 % de leur PNB ».

Les banques en ligne ont donc intérêt à revoir leur système de gestion si elles veulent espérer rivaliser efficacement avec les établissements traditionnels. Mais selon toute vraisemblance, leur trajectoire ne peut être qu’ascendante. Reste maintenant aux agences classiques d’engager la riposte pour ne pas être englouties par la vague.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top