Orange Bank reste une menace pour les enseignes traditionnelles

capture écran du site Orange Bank

Plus d’un demi-milliard d’euros, c’est le montant de la perte essuyée par Orange Bank au premier semestre de l’année. Elle le met sur le compte du coût d’acquisition des clients, d’autant qu’elle a perdu plus que cela durant la période de démarrage. Malgré tout, son service bancaire très complet alimente toujours la pression dans le secteur fortement concurrentiel des banques.

Le groupe Orange a tout récemment publié son bilan semestriel, affichant une nette progression de son bénéfice net. C’était sans compter sur sa filiale bancaire qui continue d’être lestée par son coût d’acquisition de clients. Orange Bank a, en effet, vu son résultat d’exploitation accuser une perte d’une soixantaine de millions d’euros durant les six premiers mois de 2018.

Son dirigeant tente d’expliquer que la difficulté à devenir une enseigne rentable est générale pour ces banques de nouvelle génération. Les experts de Morgan Stanley, de leur côté, restent optimistes quant au devenir de la néobanque. Selon eux, Orange Bank continue à jeter de l’ombre sur les activités des établissements traditionnels.

Essoufflée après une entrée fracassante

Le 25 juillet dernier, le groupe Orange a rendu publics ses résultats trimestriels qui confirment incontestablement son essor, grâce à une forte hausse de son bénéfice net (+31,3%). Contre toute attente, sa filiale bancaire n’y a pas participé.

Cette dernière-née des néobanques, qui a fait une entrée fracassante sur le marché bancaire, a vu ses charges s’alourdir à cause de sa stratégie d’acquisition client.

Ses 80 euros de primes de bienvenue accordées à chaque nouveau souscripteur (120 euros pour les abonnés de l’opérateur téléphonique) ont réduit de 12 millions d’euros ses revenus. Ainsi, si elle a pu enregistrer un produit net bancaire de 26 millions d’euros, elle a dû quand même subir une perte de 68 millions pour son résultat d’exploitation.

Il faut savoir qu’Orange Bank avait comme objectif d’atteindre 2 millions d’adhérents sur 10 ans, avec 400 millions d’euros aux recettes. Depuis son lancement en novembre 2017 jusqu’en mars dernier, elle a enregistré 100 000 comptes ouverts. Mais depuis, elle reste silencieuse sur ses nouvelles performances.

Des atouts non négligeables permettant, à coup sûr, de remonter la pente

Lors de son interview pour le magazine Le Point, le DG d’Orange Bank, André Coisne, maintient que toutes les néobanques ayant adopté des stratégies tournant autour du paiement ont toutes du mal à devenir rentables. Selon lui :

Sur le paiement, il n'y a pas de rentabilité ! Elles ont donc l'obligation de faire ce qu'Orange Bank a fait dès son lancement : proposer des produits qui offrent un service bancaire très complet, avec le découvert, le livret d'épargne, l'assurance ou encore le crédit à la consommation.

André Coisne.

Ce service enrichi, mis certainement en avant dans les avis banque en ligne, fait d’ailleurs partie ses atouts. Outre cela, les 637 points de vente du téléopérateur répandus dans tout l’Hexagone ainsi que les 27,5 millions d’utilisateurs pourraient contribuer à son succès. Sans parler de la notoriété de la marque et de sa crédibilité sur le plan technologique.

Dans son étude sur les répercussions de l’avènement d’Orange Bank sur les enseignes traditionnelles, les analystes de Morgan Stanley évoquent une nouvelle pression concurrentielle. Ils enjoignent ces banques de l’ancienne génération à investir davantage dans leurs offres afin de maintenir leur position sur le marché bancaire.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top