Les Français recommencent à plébisciter le paiement en liquide

Une femme donnée de l’argent à sa collègue.

Depuis le début de la crise sanitaire, le recours au paiement en liquide est en nette baisse en France. Mais avec l’amélioration de la situation épidémiologique, les Français recommencent à plébisciter ce moyen de rétribution, au détriment du paiement sans contact. C’est ce que révèle une étude menée par la Brinks en début de mois.

La pandémie du covid-19 a entrainé une chute du paiement en liquide. En effet, depuis le début de la crise sanitaire, le paiement sans contact a eu la faveur des consommateurs en France, bien que cet outil de rétribution accuse des frais bancaires supplémentaires. Une situation qui laissait sous-entendre à certains observateurs que le cash va bientôt tirer sa révérence et que cette tendance serait irréversible. Mais alors que la pandémie ne cesse de perdre du terrain dans l’Hexagone, les Français recommencent à plébisciter le paiement en liquide.

D’après la Brinks, les paiements en espèce ont augmenté de 37 % sur la première semaine de juin, par rapport aux trois premières semaines de mai.

Les Français restent attachés au cash

Avec le net recul de la pandémie du covid-19, les Français recommencent à recourir au paiement en liquide. Les volumes de cash collectés se montent aujourd’hui à un niveau supérieur par rapport à celui enregistré sur la même période en 2019. Et selon les analystes, le recours aux espèces pourrait continuer d’augmenter dans les semaines à venir, car ces données ont été collectées alors que des restaurants n’ont pas encore complètement rouvert et que le couvre-feu restait de mise.

Dans les prochains mois, l’utilisation du paiement sans contact devrait ainsi être sur le déclin. Pourtant, la crise sanitaire semblait enfin être le tremplin pour démocratiser enfin ce moyen de paiement. De plus, afin d’inciter les citoyens de l’Hexagone à recourir à cet outil novateur, son plafond de paiement a été revu à la hausse, passant de 30 à 50 euros.

Mais les Français semblent toujours attachés au cash et ne comptent pas l’abandonner de sitôt, mais que par crainte de contracter le covid-19, ils ont été en quelque sorte forcés de favoriser le sans contact. À noter d’ailleurs qu’à la fin du premier confinement, les volumes d’espèces collectés ont augmenté de 34 %. Une autre preuve de l’attachement des citoyens de l’Hexagone pour le liquide.

Un risque de transmission très faible

La baisse de l’utilisation du paiement en liquide s’explique essentiellement par la crainte des Français de contracter le covid-19. Des observateurs ont, en effet, expliqué que les gouttelettes respiratoires déposées par une personne positive au coronavirus sur un billet de banque pouvaient transmettre le virus.

Mais le ministère de la Santé a rapidement expliqué suite à la chute du recours au cash que le covid-19 ne survivait que pendant une période limitée sur une petite ou grosse coupure. Ainsi, le cash n’est pas un vecteur majeur de transmission et le risque de contracter la maladie en manipulant du liquide est très faible. Une explication qui n’a visiblement pas rassuré les consommateurs, car quand bien même un billet de banque ne serait pas un vecteur majeur de transmission, le risque, même très faible, persiste.

Toujours est-il que le net recul de la pandémie du covid-19 ne serait pas la seule raison expliquant la hausse du recours au cash depuis le début du mois de juin. Selon certains observateurs, les Français se sont constitué une belle réserve d’argent liquide ces derniers mois. Avec l’assouplissement des restrictions sanitaires, ils en profitent donc pour épuiser ce stock de cash.

Quel est votre banque actuelle ?

Banque populaire Caisse d’épargne Crédit Agricole

Archives