Les acteurs de l’e-commerce redoutent l’impact de la loi DSP2 sur leur activité

Gros plan d’un homme d’affaires qui retire de l’argent et le met dans son portefeuille.

Tel que prévu initialement par la DSP2, l’authentification à double facteur sera rendue obligatoire dès lors que les paiements en ligne dépassent les 250 euros. Depuis le 15 avril, ce seuil est passé à 100 euros, ce qui suscite l’inquiétude des acteurs de l’e-commerce. En effet, alors que la date butoir pour se mettre en conformité avec cette directive européenne approche à grands pas, ces derniers redoutent les répercussions de cette loi sur leur activité, anticipant notamment une forte chute de leurs ventes.

Une procédure qui inquiète les commerçants en ligne

Ces nouvelles mesures européennes visent à sécuriser les achats en ligne effectués par carte bancaire. En effet, ce moyen de paiement fait l’objet de nombreuses transactions frauduleuses chaque année.

ImportantPour renforcer la sécurité des achats sur Internet, l’authentification à double facteur (authentification forte) requiert au moins deux preuves d’identification (biométrie, code personnel ou téléphone mobile) pour que le paiement soit validé par les banques.

Le 15 mai prochain, tous les paiements en ligne (quel que soit le montant) sont soumis à cette nouvelle norme.

Selon Jean-Michel Chanavas, responsable de l’organisation représentative des commerçants Mercatel et membre de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OMSP),

Toutes les précautions ont été prises pour que les échecs de paiement soient limités.

Jean-Michel Chanavas

Les commerçants redoutent une forte diminution des taux d’approbation face à la difficulté de la mise en place de la directive. Les chiffres rapportés par NatixisPayments montrent un recul de 10 points de ce taux à chaque modification de la norme.

Une mise en œuvre progressive sur quatre semaines

Tous les acteurs (acheteur, banque du payeur, banque du commerçant, prestataire de paiement…) ont quatre semaines pour se mettre en conformité.

D’après Christophe Bourbier, le dirigeant de la société Limonetik,

Il suffit qu’un seul maillon de la chaîne ne soit pas à jour pour que la transaction soit rejetée.

Christophe Bourbier

Pour que la mise en œuvre de la directive se passe dans les meilleures conditions, la généralisation se fera de manière progressive,

Christophe Bourbier

Explique de son côté la Banque de France. La date butoir pour la généralisation de l’authentification forte est repoussée à la mi-juin.

Dans le même temps, les commerçants ont la possibilité de demander des exemptions à leurs banques pour certains de leurs clients. Les établissements bancaires se sont engagés à les leur accorder largement.

 

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top