Les nouveaux services bancaires développés avec l’ère de la finance décentralisée et de la blockchain

Homme d'affaires travaillant à domicile, utilisant des ordinateurs portables, trading d'actions ou de crypto-monnaies.

Les placements en cryptomonnaie seraient plus rentables que l’assurance vie. Les rendements attendus dépassent les intérêts financiers perçus sur le livret A. Si telle est la rentabilité des blockchains, quels sont les moyens que les banques utilisent pour promouvoir la finance décentralisée ? Comment comptent-elles faire pour attirer et fidéliser leur clientèle pour l’usage de ce système ?

Avec l’ère de la digitalisation, le système financier se décentralise. Encore inconnues par le public des particuliers, des applications utilisées en DeFi (finance décentralisée) ont été développées. Celles-ci permettent des transactions de stablecoins, allant jusqu’à des échanges internationaux.

Les banques et les géants du numérique s’y mettent déjà pour s’aligner sur leurs concurrents. Pour ce faire, elles proposent un package moderne (application-rendement-possibilité de prêts). Ces outils se veulent facile d’accès et rentables pour les épargnants. Cependant, étant un système encore jeune et en construction, la question de la sécurisation demeure toujours pour les investisseurs intéressés par la blockchain.

Je compare les offres bancaires

Des applications de finance décentralisée développées pour faciliter l’accès à la blockchain

Les interfaces des applications en finance décentralisée ainsi que leurs accessibilités sont encore vouées à être améliorées. Ces ajustements visent à l’amélioration de l’ergonomie, étant donné que les applications disponibles actuellement disposent d’interfaces très brutes. C’est le cas par exemple de Curve. La traduction et la langue sont aussi des axes d’amélioration à envisager face à la multitude de jargons de la finance en anglais.

D’autres applications telles que Compound, Aave ou MakerDAO sont aussi présentes sur le numérique. Il s’agit d’ outils en cryptomonnaies que les utilisateurs particuliers ou investisseurs peuvent utiliser à des fins de prêts. Comme pour tout système de prêts et emprunts, celui qui souhaite en acquérir a l’obligation de déposer une garantie ou collatéral. Cette dernière se présente comme des actifs cryptos impossibles à mobiliser pendant la période du prêt.

Toutes les institutions bancaires actuelles tendent vers ce mécanisme de finance décentralisée. Il est désormais question de gestion de portefeuilles numériques ou « wallets ». Pour pouvoir attirer une clientèle et rester la meilleure banque, ce passage à la cryptomonnaie et l’intégration à la blockchain restent primordiale.

Je compare les offres bancaires

Le farming et le staking, des mécanismes bancaires rentables proposés aux clients des banques

Pour fournir à leurs clients des prestations aux rendements plus attrayants, les banques multiplient les offres. Avec l’avènement des divers mécanismes liés au DeFi, le staking et le farming font partie de ces procédures d’immobilisation financières pratiques et rentables.

Le farming se présente comme une possibilité d’échanger des cryptomonnaies à travers des plateformes d’échanges. L’apport de liquidités par ce processus permet aux clients de rapporter une rémunération. Les rendements lors de ces placements en cryptomonnaie peuvent grimper jusqu’à 7 %.

Avec le staking, le client peut immobiliser une partie de ses actifs via les applications. En participant à l’approbation des transactions à travers les outils numériques, il récupère en même temps un rendement.

À ce sujet, Julien Maldonato, conseiller en industrie financière et associé au cabinet Deloitte, souhaite que :

Les ingénieurs d’une banque pourraient créer un nœud sur une blockchain comme Tezos, peu énergivore et robuste, mettre les serveurs de leur établissement financier à contribution pour participer à la sécurisation de ce réseau et permettre aux clients de faire du staking dessus.

Julien Maldonato

Le recours aux stablecoins facilitent les échanges financiers internationaux

Les transferts de monnaie à l’international coûtent très cher. Le système financier faisant intervenir les stablecoins s’avère être un moyen de réduire ces coûts. En effet, en utilisant ces derniers, le nombre d’intermédiaires dans les transactions est réduit ainsi que le poids de la conformité liée à la juridiction.

En quelque sorte, Julien Maldonato explique que :

Tout le monde va piocher directement dans la blockchain.

Julien Maldonato

D’autant plus que les banques disposent de la possibilité de concevoir leurs stablecoins spécifiques. Par exemple, sur le marché financier de l’État de New York, les stablecoins utilisés sont L’EUROC (Euro Coin de Circle) ou l’USDP (Pax Dollar), le stablecoin adossé à l’euro. Cette spécificité pourra conduire à une souplesse du système de fonctionnement des transactions. Cette simplicité affectera la fidélisation des clients.

Archives