Les banques tricolores réalisent beaucoup d’investissements en Europe

Main d’un homme tenants son smartphone pour accéder à l'application bancaire pour vérifier l'investissement.

Après le système bancaire britannique, américain et japonais, celui de la France constitue l’un des plus internationalisés en matière d’investissement. Ces dernières années, les grandes firmes bancaires tricolores ont continué à créer de fortes filiales dans la zone euro. La proportion des actifs du secteur placés dans cette région a ainsi grandi.

Les principaux organismes bancaires tricolores ont manifestement concentré ces dernières années leurs efforts d’expansion dans la zone euro. Les récents investissements réalisés par Crédit Agricole au-delà des Alpes illustrent notamment ce phénomène, qui s’est accéléré soudainement depuis 2007.

Cette affluence des entreprises françaises vers la zone euro découle d’une diminution de la voilure dans d’autres parties du globe. Aux États-Unis, BNP Paribas a fait une bonne affaire en vendant Bank of the West, sa branche californienne en 2021. Cette cession a rapporté 16 milliards de dollars. Cet argent pourrait permettre à BNP Paribas d’attraper de nouvelles aubaines, plus proches de l’Hexagone, dès la finalisation de l’opération.

Je compare les offres bancaires

Plusieurs enseignes se sont établies en Italie

Sur le Vieux Continent, Société Générale a aussi abandonné plusieurs pays pour se focaliser sur :

  • La Roumanie ;
  • La Tchéquie ;
  • La zone euro.

La crise ukrainienne l’a également obligée à quitter brusquement la Russie au printemps dernier. L’établissement se distinguait autrefois par sa très forte présence au centre et à l’est de l’Europe.

Dans la zone euro, les institutions bancaires françaises sont surtout implantées dans les pays frontaliers. Ils ont réussi à y ancrer de puissantes succursales , sans obligatoirement générer de synergies entre ces marchés. Ceci en l’absence pour l’instant d’une vraie union bancaire.

Outre-Rhin, Crédit Mutuel Alliance Fédérale bénéficie de l’excellente présence de son antenne consacrée au prêt à la consommation , Targo Bank. En Belgique, BNP Paribas représente désormais le numéro un du marché , avec l’acquisition et l’expansion de sa division Fortis. Cependant, l’Italie reste la destination préférée des banquiers tricolores. Beaucoup d’entre eux sont parvenus à bien s’établir dans ce pays :

  • La Banque Postale, par l’intermédiaire de CNP Assurances, sa nouvelle filiale ;
  • Crédit Agricole ;
  • BNP Paribas.

Pour choisir la meilleure banque entre ces établissements, la consultation d’un comparateur d’offres est préconisée.

Je compare les offres bancaires

Les actifs investis dans la zone euro ont beaucoup progressé depuis 2005

D’après une récente étude de la Banque de France (BDF), une tendance de fond apparaît. Par celle-ci, écrivent ses auteurs, les groupes tricolores, outre leur place déterminante dans l’Hexagone, deviennent progressivement :

[…] Des acteurs résolument européens, participant très largement au financement de la zone euro.

L’entrée des banques françaises dans d’autres pays n’est toutefois pas toujours bien vue. Certains acteurs politiques transalpins commencent à exprimer leur mécontentement envers Crédit Agricole. Les opérations de la banque en Italie s’étant succédé cette année, avec l’enchaînement :

  • Du rachat de l’intégralité du capital de Banco PM ;
  • La reprise de la banque régionale Creval.

D’après l’enquête susmentionnée, la zone euro regroupait au 31 décembre 2021 39 % des actifs placés à l’étranger par :

  • HSBC Continental Europe ;
  • Crédit Mutuel ;
  • BPCE ;
  • Crédit Agricole ;
  • Société Générale ;
  • BNP Paribas.

Cette concentration a été estimée à seulement 27 % en 2005. Elle résulte aussi du développement de l’activité de banque d’investissement et de financement avec des clients dans la zone euro. Sans oublier l’installation et l’agrandissement de filiales assurantielles et bancaires dans des pays d’Europe. La BDF précise :

Parmi les facteurs d'explication de ce dynamisme se trouvent une croissance mondiale et européenne solide et les progrès constants du marché bancaire unique. […]

Ces avancées s’observant du point de vue des institutions, mais aussi des cadres juridiques.

Archives