Le patron de Société Générale veut rassurer les investisseurs quant à la situation de sa filiale Rosbank en Russie

Logo du Groupe Société Générale sur le siège

Parmi les trois banques étrangères les plus importantes en Russie, tout porte à croire que Société Générale, à travers sa filiale Rosbank, se trouve dans une position délicate depuis l’éclatement de la guerre entre le pays et l’Ukraine. Mais pas tant que ça selon Frédéric Oudéa qui se voulait rassurant lors d’une conférence organisée par Morgan Stanley.

Récemment, les acteurs bancaires, banque en ligne et classique, ont répondu de leur présence à une conférence sectorielle initiée par Morgan Stanley. Société Générale était aussi de la partie à travers Frédéric Oudéa, son patron amené à apporter des explications quant à la situation actuelle de Rosbank.

La raison est simple, c’est à travers cette filiale que l’établissement mène des activités en Russie, alors que depuis son invasion en Ukraine, le secteur financier du pays est soumis à des sanctions internationales principalement menées par les Occidentaux.

Inutile ainsi de préciser que la pression est à son apogée pour Rosbank qui, à ce stade, ne devrait pas trop s’inquiéter selon ce responsable mettant en exergue des éléments plutôt rassurants.

La banque reste sur les lieux

Depuis que des sanctions occidentales sont dirigées contre le secteur bancaire russe y compris la banque centrale, les opérateurs étrangers sont de plus en plus nombreux à revoir leurs stratégies concernant leurs activités en Russie.

En ce sens, certains établissements ont choisi de réduire leur voilure sur le territoire comme ce fut le cas la semaine dernière pour les enseignes américaines. Pour d’autres à l’instar de l’italien UniCredit, sa décision est simplement de quitter les lieux, malgré sa position en tant que l’une des trois plus importantes banques étrangères sur le territoire avec Société Générale et Raiffeisen.

À propos de cette marque tricolore, son patron a fait savoir que sa filiale Rosbank reste sur les lieux en précisant que :

La priorité, c’est d’assurer la sécurité des collaborateurs sur place, d’appliquer strictement les sanctions internationales et de limiter notre exposition au risque en Russie.

Et d’ajouter :

Nous gérons nos opérations en Russie de façon très prudente.

Une stratégie emboîtée par Commerzbank expliquant sa décision comme suit :

Le scénario d’un retrait est compliqué, ce n’est pas comme s’il fallait simplement fermer une boutique.

Bien armée pour faire face à l’extrême

Pour Société Générale, la décision de continuer ses activités en Russie est un choix bien pensé selon Frédéric Oudéa rappelant que la filiale russe est bien armée pour faire face à une situation des plus inconfortables. D’ailleurs, cet homme à la tête du groupe ne s’est pas retenu pour dire que :

Rosbank est tout à fait en mesure d’absorber un éventuel scénario extrême se manifestant à travers une expropriation pure et simple du pays.

Frédéric Oudéa

Concrètement, ce scénario prévoit que Rosbank serait amenée à essuyer une perte en capital estimée à 1,8 milliard d’euros suite à une baisse de 50 points de base de ratio de fonds propres durs CET1. Ce qui ne devrait pas avoir trop d’impact sur la santé financière de l’enseigne selon M. Oudéa qui se veut rassurant en faisant remarquer que :

Sur ce montant, moins de 1 milliard d’euros peuvent être considérés comme une exposition à risque.

Frédéric Oudéa

Et de préciser :

Aucun défaut de client n’a été enregistré à ce jour. D’un point de vue opérationnel, Rosbank continue de fonctionner normalement.

Frédéric Oudéa

Ainsi, Société Générale est confiante quant à la capacité de sa filiale à absorber le choc et de s’en sortir seule comme le décrit Frédéric Oudéa :

Depuis la crise en Crimée en 2014, Rosbank est organisée et gérée de façon autonome. Elle affiche des ratios de capital et de liquidité élevés et se finance seule sans l’aide de sa maison-mère.

Frédéric Oudéa

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top