La stratégie de développement de Qonto en Allemagne passe par l’acquisition de l’un de ses principaux concurrents

Les femmes asiatiques qui tiennent des cartes de crédit dans leurs mains et utilisent des ordinateurs portables pour acheter des produits en ligne.

Évoluant dans un univers fortement compétitif, les néobanques explorent différentes stratégies pour garantir leur croissance sur le marché financier allemand. Présente sur les lieux, Qonto n’échappe pas à cette règle en notant que pour sa part, l’enseigne vient d’enclencher la vitesse supérieure en rangeant sous sa bannière l’un de ses principaux concurrents.

Depuis 2019, Qonto tente de se faire une place sur le marché financier d’outre-Rhin sans vraiment y parvenir. Non pas sans raison selon ses dirigeants estimant que son modèle économique reposant sur la commission d’interchange est très peu adapté à un univers où l’usage de la carte bancaire est largement marginalisé par ses clients cibles.

Pour changer la donne et devenir la meilleure banque du système, l’enseigne aussi présente en France, en Espagne et en Italie a décidé d’adopter, pour la première fois depuis sa création en 2017, la stratégie de l’acquisition en jetant son dévolu sur son concurrent allemand Penta.

Qonto et Penta ne font plus qu’un

Il fut un temps où en faisant son entrée en Allemagne, Qonto se devait de faire face à Penta. Un concurrent de taille qui disposait d’une bonne longueur d’avance sur cette néobanque tricolore selon Alexandre Prot, son directeur général indiquant que :

C’est le marché où nous avons le plus crû ces dix-huit derniers mois, mais nous étions significativement plus petits que Penta.

Alexandre Prot

À l’analyste Maxim Mandin d’apporter une explication à ce décalage :

Le modèle économique de Qonto repose en partie sur la commission d’interchange. Or, les Allemands utilisent peu la carte bancaire. Le panier moyen de Qonto en Allemagne est donc moins important.

Maxim Mandin

Pour rattraper le coup, Qonto a fait en sorte de ranger ce valeureux compétiteur sous sa bannière, grâce à un contrat de rachat devenu possible à travers des opérations d’échange de titres ainsi qu’une collecte de fonds de 486 millions d’euros.

Ainsi, Qonto et Penta ne font plus qu’un selon M. Prot précisant que :

Nous n’avons pas encore décidé du timing mais nous avons l’objectif d’avoir une marque forte unique en Europe à moyen terme.

M. Prot

Un choix stratégique

Pour Qonto, l’acquisition de Penta est un choix stratégique visant à accélérer son développement en Allemagne. Son dirigeant en est d’ailleurs convaincu pour l’inciter à dire que :

Penta cochait plein de cases, que ce soit du point de vue du modèle économique, du positionnement, de la satisfaction client ou encore de ses valeurs.

Un point de vue partagé par Maxime Mandin ajoutant que :

Le choix de Penta est très intelligent car c’est le numéro 1 en Allemagne, c’est une belle marque très connue.

Maxime Mandin

Ainsi, Qonto peut bénéficier de la notoriété de Penta qui compte 50 000 clients à son actif en Allemagne. De quoi élever son portefeuille à hauteur de 300 000 abonnés si le nombre de ses salariés est passé de 700 à 900 depuis l’arrivée de ceux de Penta.

Concernant ces deux points, Alexandre Prot a tenu à préciser que Qonto ne compte pas en rester là puisque l’enseigne s’est accordée jusqu’en 2025 pour atteindre la barre de 1 million de clients et de 2 000 employés.

D’ambitieux objectifs que l’enseigne prévoit de réaliser, grâce au soutien des investisseurs de Penta qui sont aussi devenus les siens suite à cette transaction. À savoir, ABN Amro Ventures, Finleap ou encore HV Capital.

Quel est votre banque actuelle ?

Banque populaire Caisse d’épargne Crédit Agricole

Archives