Lydia lance un compte « écolo », une offre verte à 7,90€ en collaboration avec la Nef

Main d’un homme tenant une carte de crédit pour le paiement d'achats en ligne.

« Lydia Vert », c’est le nom de la nouvelle offre créée par la néobanque avec le soutien de la Nef, une banque éthique reconnue pour sa politique de prêts vertueuse.

« Tu me fais un Lydia ? ». Cette question, vous l’avez nécessairement entendue dans votre entourage. Après s’être positionnée comme un facilitateur de remboursements entre amis, la fintech française veut devenir le leader de la banque « verte ». À l’heure où les plus grands établissements bancaires de l’Hexagone financent encore des projets polluants, la licorne souhaite se démarquer en testant un compte courant « écolo » en collaboration avec la Nef (pour « Nouvelle Economie Fraternelle »), un organisme spécialiste de la finance éthique.

Une épargne éthique et solidaire pour 7,90 euros par mois

Selon un sondage Ifop en date de septembre 2021(1) relayé par MoneyVox, près de 6 Français sur 10 « accordent de l'importance aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements ». Une donnée qui n’a pas échappé à la banque en ligne, qui dévoile sa nouvelle offre « Lydia Vert », comprenant la mise à disposition d’un compte courant, d’une carte bancaire Visa à débit immédiat, de virements instantanés gratuits et l'accès à des cagnottes en ligne sans commission. Cette nouvelle offre sera facturée 7,90 euros par mois.

Quelle est sa particularité ? Les fonds déposés sur ce compte Lydia seront transmis à la Nef, pour qu’elle finance des projets locaux, durables, et solidaires. « Pour 1 euro investi, la Nef émet 4 fois moins de CO2 que les banques françaises traditionnelles », d’après la coopérative bancaire qui a déjà financé plus de 6 000 projets à impact positif depuis 1988 et qui gère aujourd'hui 700 millions d'euros d'épargne utile.

Attention, Lydia n’est pas seule sur le coup. Plusieurs acteurs se sont engouffrés dans la brèche. Ils portent le nom de Green-Got, Helios, ou encore OnlyOne. Une concurrence qui s’accroît depuis plusieurs mois, en quête de séduire quelques milliers d’utilisateurs sensibles à la portée de leur épargne.

Une gestion des comptes des particuliers soumise à agrément

Pour être prochainement habilitée à proposer des comptes aux particuliers, la Nef a déposé fin juin une demande d'extension d'agrément auprès de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), apprend-on dans Les Echos.

En cas d’acceptation, la Nef pourrait gérer les dépôts des clients directement. En effet, à présent, en vertu de son statut d'établissement de crédit, la Nef a trouvé un subterfuge en permettant à Lydia d’ouvrir un compte professionnel en son nom, sur lequel la fintech placera l'équivalent des dépôts de ses clients.

(1) Les Français et la finance responsable, Sondage Ifop pour le FIR.

Quel est votre banque actuelle ?

Banque populaire Caisse d’épargne Crédit Agricole

Archives