L’accès aux services numériques est désormais conditionné par la reconnaissance faciale à Singapour

Homme utilisant un téléphone portable pour la reconnaissance faciale.

À Singapour, les habitants doivent désormais passer par un système de reconnaissance faciale pour demander un logement ou encore déclarer leurs impôts. Il s’agit d’une première dans le monde. Attestant un grand progrès technologique, cette innovation suscite toutefois des inquiétudes chez plusieurs défenseurs des droits de l’Homme qui en appréhendent les dérives.

Le système de reconnaissance faciale actuellement utilisé à Singapour est nommé SingPass Verification. Il permet aux 5 millions d’habitants de la cité-État d’avoir accès à plus de 400 services numériques. Pour ce faire, ils n’ont qu’à prendre un selfie. Les clichés seront effacés des bases de données après 30 jours a assuré le gouvernement singapourien.

Selon ce dernier, cette technologie présente de nombreux avantages. Par exemple, les seniors pourront plus facilement recourir aux services d’une banque en ligne. Le dispositif pourra également être utilisé dans les écoles pour vérifier que les élèves assistent bien aux cours. Même si les autorités se sont voulues rassurantes, des inquiétudes subsistent.

Une solution controversée

SingPass Verification est accessible depuis tout appareil possédant un écran et un navigateur web. Ainsi, les utilisateurs peuvent y recourir via leurs smartphones, tablettes, ordinateurs, etc. Certains spécialistes n’ont pas manqué de soulever des doutes concernant ce système.

Indulekshmi Rajeswari, une avocate en droit de la vie privée, estime notamment que le gouvernement est resté vague sur l’utilisation des informations collectées. De plus, ces dernières ne sont pas soumises à la réglementation sur la protection des données. L’avocate commente :

Même si nous disons que les fonctionnaires malhonnêtes ne sont pas le problème, je peux penser à beaucoup de problèmes où l’ensemble du gouvernement trouvera des moyens d’abuser légalement de la technologie pour surveiller leurs citoyens.

Indulekshmi Rajeswari.

Tel est le cas en Chine où le gouvernement utilise la reconnaissance faciale pour surveiller la population de manière poussée. Partout dans le monde, cette technologie suscite ainsi la polémique. Par conséquent, certains pays hésitent à se l’approprier.

Un système qui ne présente aucun risque ?

Face aux appréhensions, les autorités affirment que SingPass Verification ne permet aucune déviance. Elles indiquent que le système est en mesure d’identifier les photographies, les deepfakes et les masques. Son fonctionnement consiste à illuminer la face avec une séquence cryptographique de couleur grâce à l’écran de l’appareil utilisé. Le processus ne prend pas plus de 7 secondes.

Les autorités ajoutent que cette technologie est aussi capable de se rappeler les enregistrements du visage réalisés par un individu pour s’authentifier. Par ailleurs, elle a déjà été expérimentée par le Département américain de la sécurité intérieure. Le gouvernement britannique l’a également testée.

La solution SingPass Verification a été développée par iProov, un spécialiste britannique de la biométrie faciale, et Toppan Ecquaria. Cette seconde entreprise est connue pour fournir des services gouvernementaux digitaux à Singapour. Le système biométrique fait partie intégrante de la Smart Nation Initiative. Lancé en 2014 par l’exécutif de la cité-État, ce projet a été doté d’une enveloppe de 1,75 milliard de dollars.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top