La concurrence s’intensifie sur le marché des offres bancaires pour mineurs

un mineur etant sur le web pour consulter sa banque en ligne

À long terme, les mineurs représentent de véritables atouts dans la stratégie de vente et de fidélisation d’une banque. À court terme, ils permettent de satisfaire les clients en prévoyant des services spécifiques pour leurs enfants. En somme, les acteurs du secteur bancaire ne peuvent plus faire l’impasse sur les offres destinées aux plus jeunes.

Orange Bank lancera une nouvelle offre dédiée aux jeunes à la rentrée, comme l’a annoncé récemment son CEO, Paul de Leusse. Ma French Bank prévoit également de commercialiser un produit pour les adolescents et les enfants après les vacances, selon sa directrice générale, Alice Holzman.

Les deux dirigeants ont présenté ces nouveautés le 2 juillet dernier, à l’occasion du rendez-vous du Payment & Fintech Club de l’Acsel, intitulé « la banque digitale en 2020 ». Ces enseignes rejoignent ainsi un marché à fort potentiel de croissance qui intéresse de plus en plus de banques numériques. Certains acteurs comme Xaalys et Pixpay se sont même spécialisés dans les offres pour jeunes.

Des clients peu rentables, mais désormais incontournables

D’après les spécialistes, les mineurs sont des consommateurs particulièrement difficiles à séduire. Il faut par ailleurs fournir beaucoup d’efforts pour répondre à leurs attentes. De ce fait, certaines banques préfèrent limiter leurs investissements sur ce segment.

Boursorama Banque figure notamment parmi les acteurs qui ont décidé d’adopter cette approche. Certes, la filiale de Société Générale propose Kador, une solution de paiement spécifique pour les mineurs. Cependant, cette offre dédiée aux 12 à 17 ans ne fait clairement pas partie de ses priorités, au regard des nombreuses améliorations possibles. Le CEO de la banque digitale, Benoît Grisoni, indique :

Il faut que l’on arrive à vraiment mieux correspondre à cette population qui est très particulière en termes de besoins.

Benoît Grisoni.

Nickel propose aussi une offre accessible dès 12 ans. Cette formule est commercialisée depuis 2015 et ressemble à celle destinée aux adultes. La directrice déléguée de l’enseigne, Marie Degrand-Guillaud, avance :

On croit beaucoup au fait que les jeunes ont besoin de moyens de paiement, qui sont très proches des usages des adultes.

Marie Degrand-Guillaud.

Selon les analystes, les mineurs ne constituent pas la clientèle la plus rentable pour une banque. Toutefois, ils sont particulièrement décisifs au niveau de la satisfaction client, en considérant le foyer comme un tout indissociable. Ainsi, le banquier aura la possibilité de satisfaire davantage ses principaux clients, en l’occurrence les parents, en proposant des services spécifiques pour leurs enfants.

En somme, les banques ne peuvent pas faire abstraction de la réserve de consommateurs mineurs associés à leur base clientèle. Ces profils se révèlent importants pour améliorer l’image de l’établissement et la qualité de la relation client.

Un segment à fort potentiel de croissance

Comme tous ses autres services, l’offre de Ma French Bank dédiée aux enfants sera disponible sur support digital et dans les bureaux de poste. La filiale de La Banque Postale a longtemps étudié les enjeux avant de se lancer sur ce segment.

D’après sa directrice générale, Ma French Bank a travaillé des mois sur ce projet en raison de la spécificité de la clientèle cible. En effet, il faut à la fois tenir compte des besoins des enfants et de la relation de confiance avec leurs parents. L’application doit par ailleurs être assez pratique et performante pour faciliter la gestion du compte du jeune utilisateur. Néanmoins, ce marché en vaut la peine, comme l’a expliqué Alice Holzman :

Les mineurs sont des clients aujourd’hui qui ne sont pas très bien servis par les banques traditionnelles. Les mineurs ne rapportent pas beaucoup d’argent. Cela peut être intéressant pour des acteurs comme nous, si on arrive à les traiter avec des coûts moins importants et avec des propositions de valeur très attractives.

Alice Holzman.

Dans l’ensemble, la nouvelle génération de banques est désormais consciente de l’énorme potentiel de la clientèle mineure. Revolut, par exemple, a lancé une offre destinée aux 7 à 17 ans en mars dernier. De leur côté, Xaalys et Pixpay ont ciblé cette population dès leurs débuts en étudiant la particularité de la relation parent-enfant en matière d’argent.

Fin 2019, les deux Fintech ont réussi à séduire 30 000 utilisateurs en tout, respectivement 20 000 pour l’une et 10 000 pour l’autre. Ainsi, elles viennent à peine d’entamer la réserve de clients sur ce marché. En effet, l’Europe compte 25 millions d’adolescents, dont 5 millions en France, selon la fondatrice de Xaalys, Diana Brondel.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top