Les amateurs de Bitcoin s’interrogent sur les réels changements apportés par leur nouveau statut de « titulaire légale »

Argent virtuel Bitcoin

Les clients de la fintech, créée par Yatsenko et Storonsky, obtiennent le statut de titulaire légale de leurs cryptomonnaies sur la plateforme, une réforme qui a largement suscité des réactions sur les réseaux sociaux. Cette mesure semble être révolutionnaire au premier abord, mais laisse tout de même de nombreuses questions en suspens.

Revolut est une fintech britannique fondée en 2014 par Vladyslav Yatsenko et Nikolay Storonsky. Lors de sa création, la Startup proposait exclusivement un compte bancaire multidevise que l’on pouvait gérer depuis un téléphone portable et n’appliquant pas de frais de commissions. Mais par la suite, la néobanque a décidé de se lancer dans les cryptomonnaies avec, notamment, la possibilité d’acheter des Bitcoins, des Ethereums ou encore des Litcoins.

À préciser qu’en réalité, lorsque l’on investissait dans ces monnaies électroniques, elles demeurent la propriété de la fintech elle-même, contrairement à ce que Revolut le laissait entendre : que celles-ci appartiennent aux clients. Une véracité qui pourrait être préjudiciable aux utilisateurs dans l’éventualité où cette néobanque venait à disparaitre, car ils perdraient avec elle leurs cryptoactifs.

Un nouveau statut juridique

Revolut a décidé d’opérer quelques ajustements pour corriger le quiproquo concernant la politique de détention des cryptomonnaies. Pour ce faire, la Startup a annoncé à ses millions d’utilisateurs, via des courriers électroniques, qu’à partir du 27 juillet prochain ils en seraient légalement titulaires. Une nouvelle qui a bien évidemment ravi les membres de sa communauté. Cependant, ces derniers ne pourront plus désormais y avoir recours en effectuant des paiements par carte.

La fintech n’est donc plus le titulaire légal des fonds virtuels achetés par ses clients. La preuve, elle a réaffirmé son nouveau statut qui se limite dorénavant en simple agent désigné qui s’occupera seulement des transactions initiées par sa clientèle.

Toujours est-il qu’après une analyse approfondie, on se rend compte que cette nouvelle ne ferait que corriger un minime problème juridique et n’apporte rien de nouveau à l’application mobile.

Un nouveau statut et c’est tout…

L’un des points négatifs quant à l’utilisation des monnaies cryptographiques sur Revolut était le fait de ne pas pouvoir transférer ces devises électroniques en dehors de l’application, et ce problème persiste jusqu’à maintenant. En outre, on ne peut ni en disposer à sa guise, ni les dépenser, mais uniquement les revendre. Un inconvénient qui aurait dû être corrigé avec cette nouvelle mesure annoncée aux utilisateurs, mais il convient d’admettre qu’il n’en est rien.

Le seul point qui a changé est l’aspect juridique qui confère aux clients de Revolut le statut de titulaire légal de leurs cybermonnaies. La néobanque continuera alors d’avoir la main mise sur ces e-monnaies. Ce qui veut dire que la faculté d’utilisation des titulaires de compte demeure quand même restreinte.

Des internautes ont d’ailleurs demandé de plus amples informations à la fintech sur les réseaux sociaux, mais la jeune pousse s’est montrée évasive dans sa réponse et n’a pas déclaré explicitement si l’on pouvait transférer ces fonds vers un portefeuille externe.

En définitive, seul un ajustement sur le plan juridique a été apporté à la plateforme, la situation globale reste la même. Cela a mené de nombreux internautes à tourner en ridicule la fintech et sa soi-disant réforme. L’occasion aussi pour ces derniers de dénoncer les commissions, jugées trop élevées, sur les transactions en monnaies électroniques alors que c’était l’un des arguments de vente de la néobanque lors du lancement de ce service innovant. Le fait est que Revolut prélève des frais allant de 1,5 à 2,5 %, en fonction du type de compte bancaire, quand ce chiffre ne dépasse pas 0,5 % par transaction chez sa concurrente Bitstamp.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top