La néobanque française Onlyone développe une offre éthique, solidaire et écoresponsable

capture ecran site de la banque Onlyone

Depuis un an, l’entrepreneur Kamel Nait-Outaleb et ses associés travaillent sur le projet Onlyone, une néobanque essentiellement définie par son impact environnemental positif. Au-delà de ses principes écologiques, ce nouvel acteur cherche à promouvoir la consommation responsable à l’aide d’outils adaptés. Le lancement de la version bêta de l’application est attendu pour juin prochain.

Dans un comparatif néobanque, chaque enseigne se distingue notamment par ses offres, sa tarification et ses services exclusifs. Onlyone, pour sa part, veut se démarquer par ses engagements écologiques et sociétaux. La néobanque française est d’ailleurs issue d’une prise de conscience des différents enjeux dans ces secteurs.

Onlyone se pose d’emblée comme une enseigne originale à travers ses principes fondateurs. Elle souhaite ainsi proposer les services propres aux néobanques en y intégrant les différentes problématiques préoccupant les consommateurs actuels. Logiquement, ce nouvel acteur se développera autour d’un modèle économique inédit. Cela dit, ses objectifs dépasseront de loin le domaine financier.

Notre sélection des promos

Les débuts d’une néobanque responsable

Dans le cadre de son développement, Onlyone a fait appel à des investisseurs souhaitant soutenir la concrétisation de concepts à impact positif. Ce type de partenaire cherche généralement à financer des acteurs responsables dont les objectifs sont réalisables.

La start-up a notamment travaillé avec Treezor pour la mise en place de son infrastructure technique. Il s’agit d’une solution éprouvée pour lancer rapidement une néobanque grâce à ses API sécurisées. La Fintech compte déjà à son actif de nombreux partenaires reconnus comme Shine, Luchr ou encore Qonto. Elle contribuera ainsi au lancement de la nouvelle banque pour juin prochain.

Les premières cibles d’Onlyone sont les clients insatisfaits de leur relation avec leur établissement financier actuel. Ils ne partagent pas nécessairement les mêmes valeurs. En effet, certains nouveaux acteurs du secteur sont connus pour leurs investissements dans différentes activités nocives pour l’environnement et la société (énergies fossiles, commerce non équitable, etc.).

Par ailleurs, la néobanque cherche à convaincre les consommateurs conscients de l’impact de leur comportement et des prestations liées sur l’ensemble de l’écosystème. Cette partie de la population tend d’ailleurs à grandir à l’échelle internationale. Enfin, les Milléniaux font aussi partie de ses clients potentiels.

À travers les nombreuses formules sans frais à l’étranger, les offres des néobanques se développent pour les profils évoluant à l’international comme les businessmen, les jeunes, les globe-trotters, etc. Toutefois, les acteurs du secteur omettent encore trop souvent les impacts environnementaux et sociétaux de ces prestations. Onlyone s’engage à procéder autrement tout en restant une banque pratique et accessible.

Une néobanque originale et engagée

Selon son cofondateur Kamel Nait-Outaleb, Onlyone n’a rien à envier aux autres néobanques présentes sur le marché comme Revolut, Nickel ou N26. Elle proposera un compte courant, une carte et une large gamme de services bancaires. Les utilisateurs pourront ainsi effectuer diverses opérations courantes comme les virements, les prélèvements, etc. Ils auront aussi la possibilité de mettre en place une épargne.

La principale différence réside dans l’impact positif de la nouvelle enseigne. D’autre part, en raison de ses engagements, Onlyone ne peut pas miser sur la gratuité des services comme ses concurrents. Son offre sera ainsi accessible moyennant un abonnement équivalent à celui des formules payantes sur le marché.

Actuellement, la majorité des nouveaux acteurs du secteur compte sur les levées de fonds pour lancer et développer leur activité. Cette solution empêche toutefois les utilisateurs de se sentir pleinement impliqués dans le projet. La néobanque a donc décidé de procéder différemment pour encourager les consommateurs dans leur démarche responsable.

Par exemple, de nombreuses enseignes se rémunèrent actuellement grâce aux commissions d’interchange prélevées sur les différentes transactions des clients. Elles auront donc tendance à inciter les utilisateurs à consommer plus pour augmenter leurs revenus et assurer la rentabilité de leurs activités.

Onlyone cherche à inverser cette tendance. L’enseigne invite ses clients à s’interroger au quotidien sur la nécessité d’un achat ou d’une transaction en particulier, surtout sur des postes de dépenses polluants. Ainsi, les utilisateurs apprendront progressivement à consommer de manière responsable.

Enfin, sur chaque abonnement, la néobanque française envisage de reverser un euro par mois à un wallet destiné à un projet durable. L’utilisateur pourra par ailleurs choisir le projet à financer, parmi ceux proposés sur l’application.

Archives