Les 13 acteurs encore engagés à l’initiative EPI s’accordent un nouveau délai pour en définir les nouveaux contours

Succursale bancaire KBC dans la zone des quais du Grand Canal Dublin, Irlande.

Dernièrement, un indicateur de taille portait à croire que la fin du parcours a sonné pour l’initiative européenne des paiements (EPI). Mais il faut dire que les acteurs bancaires encore engagés à ce projet n’ont pas dit leur dernier mot. Leur détermination à donner vie à ce programme en est une preuve.

Dans le domaine du moyen de paiement, les acteurs bancaires du Vieux Continent s’accordent à dire que leur indépendance n’est pas encore au rendez-vous. La preuve en est que jusqu’ici, le marché européen est encore dominé par les géants américains Mastecard et Visa. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en juillet de 2020, ces derniers ont décidé de créer leur propre système baptisé initiative européenne des paiements (EPI).

Toutefois, différentes raisons ont fait que son lancement soit reporté à maintes reprises comme ce fut le cas récemment lorsqu’une bonne partie des organismes initiateurs ont décidé de se retirer du projet. De quoi obliger ceux qui sont restés à en revoir les contours.

Plus que 13 participants

Comme susmentionnée, l’initiative européenne des paiements a dû faire face à de nombreux obstacles l’empêchant de se concrétiser. La défection de nombreux organismes initiateurs est l’un des plus importants d’entre eux et qui a fait en sorte que le lancement du projet soit reporté une nouvelle fois.

En effet, la phase d’exécution de l’EPI était prévue pour ces débuts 2022, sauf que la décision de DZ Bank de se retirer de la liste a bouleversé l’ordre des choses. La raison est que ce géant allemand compte à son actif 30 millions de clients et qu’il s’agit également de l’organe central de la fédération des banques coopératives allemandes (BVR).

D’ailleurs, il faut préciser que DZ Bank n’est pas le seul puisque quelques semaines auparavant, Commerzbank a également tiré sa révérence comme ce fut le cas pour plusieurs banques espagnoles.

Face à ce phénomène, l’EPI ne compte désormais plus que 13 membres, dont :

  • Six grandes banques françaises ;
  • La Belge KBC ;
  • La Néerlandaise ING ;
  • L’Espagnole Santander ;
  • Les géants du paiement Nexi et Worldline ;
  • Les Caisses d’épargne allemandes ;
  • Deutsche Bank.

À titre de rappel, l’EPI comptait à ses débuts près d’une vingtaine d’organismes initiateurs.

L’initiative n’est pas près de disparaitre

À la tête de l’entreprise en charge du développement d’EPI, Martina Weimert est bien placée pour dire que ces défections en séries ont eu raison sur le projet en mettant l’accent sur le retrait de DZ Bank en faisant valoir que :

Nous avons perdu un actionnaire important pour un des marchés, ce qui requiert quelques ajustements par rapport au projet initialement envisagé.

En effet, ce responsable a tenu à souligner que les 13 acteurs engagés n’ont pas encore baissé les bras en indiquant que :

Avec ces établissements, nous disposons d’une bonne masse critique de clients pour avancer.

Et d’ajouter :

Ils se donnent deux mois pour définir les nouveaux contours du programme et pour mener ce projet à bien. Nous allons présenter le nouveau concept dans quelques semaines.

Ainsi, la fin n’a pas encore sonné pour l’EPI qui se montrera dans une nouvelle version essentiellement marquée par la baisse du montant d’investissement que les membres auront à se départager en notant qu’au début, la somme initialement prévue est d’environ 1,3 milliard d’euros.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top