Le projet de digitalisation des méthodes de travail dans les banques s’accentue face à la crise sanitaire

banque sur mobile

La digitalisation des méthodes de travail est l’une des questions-clés mises en évidence par les banques face à la longue période de confinement. À mesure que la crise s’estompe, un grand pourcentage de travailleurs veut intégrer complètement le télétravail. Certaines enseignes de grande envergure, comme le BPCE, se voient octroyer ce privilège. Mais des doutes subsistent encore quant à la manière de l’intégrer.

La période de confinement a permis à nombreuses entreprises d’adapter leur méthode de travail face à la situation. Le télétravail est favorisé par une grande partie, notamment dans l’univers bancaire. Ce, pour ne pas faire baisser le chiffre d’affaires. Selon les sondages, 90% des employés dans ce secteur ont basculé dans cette disposition.

La digitalisation a permis d’apporter des modes de gestion de clients innovants. Selon une interview menée avec le directeur gouvernance et démocratisation de la data au sein du groupe BPCE, le développement de ces méthodes a déjà été prévu l’année dernière, lors des grèves qui ont permis de s’attendre à la situation économique actuelle.

L’expérience a réussi. Et d’un point de vue stratégique, cela a permis aux grandes entreprises françaises de rénover leurs méthodes, mais aussi de retenir leurs clients afin qu’ils n’envisagent pas à changer de banque, faute d’approche.

Des solutions incroyables pour maintenir la prospérité de l’entreprise

Quelques sondages ont permis de savoir que le télétravail prend une nouvelle envergure depuis la crise sanitaire actuelle. 40% des salariés français appliquent cette disposition. Pourtant, bon nombre d’entre eux sont encore des novices en termes d’expériences dans ce domaine. À l’heure actuelle, 73% sont en pleine négociation avec la direction pour continuer vers cette voie dès la fin de la crise. 30% estiment d’ailleurs le télétravail comme une méthode efficace pour l’amélioration de leur santé ainsi que de l’intensité de leur travail. Ainsi, ils disposeront d’un gain de temps précieux et d’horaires plus libres.

Cette rénovation a pris une grande ampleur que plusieurs grandes entreprises veulent un changement adapté. Tel est le cas de Barclays qui recense plus de 70 000 employés dans le monde entier, l’ayant appliqué durant le confinement. Son Staff s’est habitué à cet environnement, depuis. L’ère des réunions physiques semble bien être révolue, les visioconférences étant aujourd’hui plus mises en avant.

La situation sanitaire a permis la valorisation d’une tendance qui, dix ans auparavant, était inimaginable. Les méthodes de travail semblent changées, mais le but reste le même : la prospérité de l’établissement et le respect de la hiérarchie. Pour ce faire, des tenues adaptées à ce job ont été créées exclusivement par l’agence de création japonaise Whatever.

De son côté, la BPCE suggère à ses différents collaborateurs d’accéder à un système de travail à distance sain, appuyé par l’équipe informatique du groupe. Ainsi, les offres se centrent surtout sur le développement des méthodes de gestion et la sécurité des données. Mais des questions sont en réflexion, notamment concernant l’approche efficace pour la mobilisation de cette ressource. Sans oublier la façon dont le groupe, qui préside plusieurs entités ayant leur propre projet de développement, dont 14 Banques Populaires et 15 Caisses d’Épargne, doit répartir cette stratégie et recevoir cette montée de régime.

L’important n’est pas de fragmenter et attribuer les différentes tâches entre les groupes partenaires, mais de procéder par étape pour que chaque travailleur puisse s’adapter à ces conditions de travail modernes. Aussi de protéger le cours du marché en assurant une collecte de données clients sécurisée. Ces derniers sont considérés comme un pont de lancement idéal pour le marketing, notamment dans le secteur bancaire.

Le nouveau système managérial est une arme à double tranchant

Selon le directeur gouvernance et démocratisation de la data au sein du groupe BPCE, chaque entité doit favoriser sa propre méthode d’intégration de ces changements. Avec son équipe, il joue le rôle de prestataire, dont la tâche est de veiller et attribuer des scores aux méthodes adaptées par chaque entreprise et suivre les chiffres en termes d’efficacité et d’efficience. L’idée est de redonner couleur aux cultures originelles de chaque entité en instaurant le système de management culturel. Cela permet d’inclure des échanges d’organisations et de moyens, adaptés à la situation actuelle, entre ces entités.

Ici, les problèmes liés au système de gouvernance directif sont, entre autres, de pallier les désavantages de l’établissement, incluant les réunions fréquentes ainsi que le déplacement des différents associés. Le but ici est de faciliter la transmission des lignes essentielles pour le développement de la compagnie à l’aide de conférence virtuelle qui semble être une méthode plus radicale. Tout en tenant compte du manque de productivité et des coûts de déplacement que représente le cadre de travail physique.

Toutefois, la méthode ne s’applique pas uniformément à toutes les activités existantes. Il est, de ce fait, capital de procéder à une mutation des gènes du management classique et renouveler les conceptions de proximité dans le monde du travail. La direction devient dès lors plus souple dans ses fonctions de relation avec les clients et les employés. Le terme de directeur classique est abandonné pour donner vie à des fonctions plus ancrées sur l’animation et l’organisation. Mais aussi, chaque membre connaît ses fonctions et cautionne plus de responsabilités qu’auparavant.

Avec sa mise en avant durant la crise, de nombreux travailleurs estiment le télétravail comme une alternative quasi indéniable pour leur développement personnel. Il serait nécessaire de considérer que les anciennes manières sont peu orthodoxes pour une meilleure productivité. Ainsi, le travail à distance est considéré par les concernés comme un moyen de s’éloigner de la pression et du stress. Il s’agit en occurrence d’un complément aux méthodes de travail classique et ne peut œuvrer séparément de ce dernier si l’on veut assurer une bonne productivité.

D’un autre côté, le travail à domicile pourrait bien constituer une menace pour la prospérité de l’entreprise. En effet, le manque de cohésion sociale chez les acteurs va surtout provoquer des blocages individuel et collectif en matière d’activité et de créativité par rapport à des domaines nouveaux. Et cela, même si le cadre de coopération est plus élargi dans cette situation.

D’un côté, les liens d’affections entre collègues, fournisseurs et clients s’améliorent et d’un autre, le cadre relationnel se réduit peu à peu. D’après le directeur gouvernance et démocratisation de la data au sein du groupe BPCE, la rencontre physique entre collaborateurs reste le meilleur remède pour avoir une cohésion d’équipe plus développée et établir une stratégie plus optimale. Ainsi, le mieux serait de concocter un moyen de travailler, incluant une fusion du travail en ligne et le contact physique, ancré de par la culture organisationnelle de départ de chaque entité.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top